Bilan mitigé pour le recyclage des lampes

Rédigé par  jeudi, 03 mai 2018 11:17

La collecte auprès des professionnels stagne, voire recule pour les tubes fluorescents, le bilan est positifs en ce qui concerne les particuliers.

Récylum, dont l’activité de collecte et de recyclage a été regroupée avec celle d’Eco-systèmes d’ESR, éco­‐organisme à but non lucratif agréé par les pouvoirs publics depuis le 1er janvier 2018, vient de publier le bilan 2017 du recyclage des lampes. Ce sont ainsi près de 50 millions de lampes qui ont été collectées et recyclées en France, soit une hausse de 5 % par rapport à 2016.

Si la collecte auprès des particuliers en magasins et en déchetterie a progressé de 8,5 %, voire même de 10 % pour la collecte des seuls magasins, la collecte des lampes à économie d’énergie et des tubes fluorescents usagées auprès des réseaux professionnels (distributeurs professionnels, installateurs électriciens, collecteurs de déchets, collectivités locales, administrations, industrie, etc.) stagne. Elle baisse même de 4 % en ce qui concerne les tubes fluorescents.

« Un constat surprenant alors qu’ont lieu de nombreux chantiers de rénovation de l’éclairage avec passage à la technologie Led impliquant le remplacement des luminaires et de leurs sources lumineuses. Malheureusement, les luminaires déposés sont trop souvent jetés sans avoir préalablement retiré les lampes. Un constat également valable sur les chantiers de démolition », explique Récylum.

Dernière modification le jeudi, 03 mai 2018 11:18
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2019 - 31/01/2019
20e Carrefour de l’eau
30/01/2019 - 31/01/2019
Biogaz Europe 2019
05/02/2019 - 06/02/2019
Analyse Industrielle

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SDH
Synchronous Digital Hierarchy. Normalisée par l’UIT au début des années 1990 (et connue aux Etats-Unis sous le nom de Sonet), la hiérarchie numérique synchrone définit une infrastructure de transport dans les réseaux de télécommunications sur fibre optique. Elle a été développée pour faciliter l’évolution vers les hauts débits, simplifier la gestion de la bande passante et améliorer les possibilités d’exploitation et de maintenance des réseaux télécoms. La SDH définit en particulier des niveaux successifs de multiplexage des voies de transmission : STM-1 (ou Sonet OC-3) à 155,52 Mbit/s, STM-4 (OC-12) à 622,08 Mbit/s, STM-16 (OC-48) à 2,488 Gbit/s et STM-64 (OC-192) à 9,953 Gbit/s. Brasseurs, multiplexeurs d’insertion/extraction et systèmes de ligne sont les trois principaux équipements SDH. (Définition Electronique International Hebdo)