Un nouvel acteur en instrumentation scientifique

Rédigé par  jeudi, 17 mai 2018 22:27
Joël Le Chevalier, fondateur et président de Quantum RX. Joël Le Chevalier, fondateur et président de Quantum RX.
La start-up française Quantum RX ambitionne de devenir un fournisseur de référence en technologie LIBS, avec la distribution d’une gamme exclusive complète.
Le français Quantum RX vient d’arriver sur le marché de l’instrumentation scientifique, avec la représentation d’une gamme exclusive en spectroscopie sur plasma induit par laser (LIBS), en France, au Benelux, en Suisse, en Afrique et au Moyen-Orient.
 
La jeune pousse ambitionne de devenir un fournisseur de référence, en s’appuyant sur une offre réunissant des appareils portables, mobiles et de laboratoire. On trouve ainsi l’américain SciAps, spécialisé dans les appareils LIBS, XRF et Raman portables (et notamment la série d’analyseurs LIBS portables Z) et le tchèque AtomTrace, fabricant d’analyseurs LIBS mobiles et de laboratoire.
 
Quantum RX propose également les solution de préparation d’échantillons LIBS et XRF portables d’Onscite, les scanners RX rétrodiffusés portables de l’américain Heuresis, les spectromètres d’émission optique (SEO) fixes et mobiles de l’allemand Belec, ainsi que les spectromètres de masse à ionisation secondaire (SIMS) du britannique Hiden Analytical.
 
Créé en 2017 par Joël Le Chevalier (voir photographie), le président et ancien président et CEO de Fondis Electronic & Bioritech - Alain Gec, également ancien cadre dirigeant de Fondis Electronic & Bioritech, en est le directeur commercial - , le français, qui est situé à Saint-Aubin (Essonne), compte déjà dans son portefeuille clients des entreprises, des laboratoires, des universités et des centres de recherche.
Dernière modification le vendredi, 18 mai 2018 16:05
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2019 - 31/01/2019
20e Carrefour de l’eau
30/01/2019 - 31/01/2019
Biogaz Europe 2019
05/02/2019 - 06/02/2019
Analyse Industrielle

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SDH
Synchronous Digital Hierarchy. Normalisée par l’UIT au début des années 1990 (et connue aux Etats-Unis sous le nom de Sonet), la hiérarchie numérique synchrone définit une infrastructure de transport dans les réseaux de télécommunications sur fibre optique. Elle a été développée pour faciliter l’évolution vers les hauts débits, simplifier la gestion de la bande passante et améliorer les possibilités d’exploitation et de maintenance des réseaux télécoms. La SDH définit en particulier des niveaux successifs de multiplexage des voies de transmission : STM-1 (ou Sonet OC-3) à 155,52 Mbit/s, STM-4 (OC-12) à 622,08 Mbit/s, STM-16 (OC-48) à 2,488 Gbit/s et STM-64 (OC-192) à 9,953 Gbit/s. Brasseurs, multiplexeurs d’insertion/extraction et systèmes de ligne sont les trois principaux équipements SDH. (Définition Electronique International Hebdo)