Siemens a dévoilé sa stratégie d’entreprise 2020+

Rédigé par  mardi, 21 août 2018 17:24
Joe Kaeser, président et CEO de Siemens Joe Kaeser, président et CEO de Siemens

Le groupe allemand a également annoncé le rachat de l’américain mendix, ce qui va lui permettre de renforcer sa position sur le marché de la numérisation industrielle.

C’est le 1er août dernier que le groupe allemand Siemens, présent dans les domaines de l’électrification, l’automatisation et la « digitalization », a dévoilé sa stratégie d’entreprise Vision 2020+. Il s’agit, pour le groupe, de mettre « le cap sur une création de valeur à long terme, portée par une croissance accélérée et une rentabilité accrue et dans le cadre d’une structure d’entreprise simplifiée et allégée ». Le taux de croissance annuelle du chiffre d’affaires devrait progresser de 2 % à moyen terme.

L’objectif principal affiché de cette nouvelle stratégie – Siemens avait lancé, en 2014, le programme Vision 2020, qui a permis de rendre la quasi-totalité de ses activités bien plus rentable et sa Digital Factory de dominer le marché de la numérisation industrielle – est de proposer aux activités individuelles de l’allemand une plus grande liberté d’entreprendre sous la bannière de Siemens afin de se recentrer sur leurs marchés respectifs.

« Dans le cadre de la numérisation, ce ne seront pas les plus grandes entreprises qui survivront, mais les plus flexibles », affirme Joe Kaeser (voir photographie), président et CEO de Siemens. Le groupe prévoit également une consolidation de son portefeuille de croissance à travers des investissements dans de nouveaux secteurs de croissance, tels que les services d’Internet des objets (IoT), la gestion de l’énergie décentralisée et les solutions structurelles pour la mobilité électrique.

L’acquisition de l’américain mendix pour un montant de 600 millions d’euros, annoncée le même jour, s’inscrit parfaitement dans la volonté de Siemens de développer sa position dominante sur le marché de la numérisation industrielle. Créée en 2005 à Rotterdam (Pays-Bas), mendix est spécialisée dans les plates-formes de développement d’applications avec peu de code, d’où la programmation et le déploiement d’applications jusqu’à 10 fois plus rapides.

Avec sa nouvelle structure d’entreprise, qui prendra effet le 1er octobre 2018 jusqu’à une mise en œuvre finale le 31 mars 2019, le niveau organisationnel des Divisions actuelles sera supprimé, l’organisation régionale restructurée pour privilégier l’orientation clients et les sièges sociaux de l’entreprise seront rationalisés.

En dessous du niveau Groupe, il y aura donc trois entreprises d’exploitation et trois entreprises stratégiques (Siemens Healthineers, Siemens Gamesa Renewable Energy et l’activité de mobilité de Siemens jusqu’à la fin du regroupement prévu avec Alstom). L’actuelle Division Financial Services fusionnera avec Global Business Services et Real Estate Services pour former l’entreprise de services.« La gestion centralisée et efficace des projets, des produits, des logiciels et des entreprises de services, ainsi que de toutes leurs spécificités, c’est du passé », a même lancé Joe Kaeser.

Les Divisions Building Technologies (BT), Energy Management (EM), Power and Gas (PG), Digital Factory (DF) ainsi qu’une grande partie de la Division Process Industries and Drives (PD) fusionneront pour former trois nouvelles entreprises d’exploitation : Gas and Power (GP) dirigée par Lisa Davis et avec un siège à Houston (États-Unis), Smart Infrastructure (SI), dirigée par Cedrik Neike et située à Zoug (Suisse), et Digital Industries (DI), dirigée par Klaus Helmrich et située à Nuremberg (Allemagne).

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).