Nano-tomographe à haute résolution

Rédigé par  jeudi, 18 octobre 2018 11:55

Le nouveau nano-tomographe numérique multi-échelle Skyscan 2214 de Bruker génère des images avec une résolution sans précédent pour les plus grands champs de vision. La flexibilité du système assure de numériser une grande variété d’échantillons dans un seul instrument.

# Source de rayons X : 20 à 160 kV (13 W maximum)

# Détecteurs de rayons X : écran plat 6 Mpixel, 3 caméras CCD refroidies (haute résolution 8 Mpixel, grand et moyen formats 11 Mpixel)

# Format d’image : jusqu’à 8 000 x 8 000 x 2 300 pixels, après un unique balayage

# Résolution spatiale : 60 nm (taille du plus petit pixel), inférieure à 500 nm (faible contraste ; 10 % de la fonction de transfert de modulation [MTF])

# Justesse de positionnement inférieure à 50 nm en rotation

# Taille d’objet maximale (øxL) : 300 x 400 mm, 140 mm (ø) en balayage

# Masse de l’objet : 25 kg maximum

# Logiciel pour la collecte et l’analyse des données, reconstruction 3D 10 à 100 fois plus rapide que celle des algorithmes traditionnels

Bruker France

www.bruker.com/fr.html

Dernière modification le jeudi, 18 octobre 2018 11:55
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/05/2019 - 20/05/2019
Café débat sur la métrologie
21/05/2019 - 23/05/2019
Preventica Paris
22/05/2019 - 23/05/2019
PEFTEC 2019
23/05/2019 - 23/05/2019
A3P Métrologie
05/06/2019 - 06/06/2019
Atmos’Fair
05/06/2019 - 05/06/2019
Journée technique du CFM
12/06/2019 - 13/06/2019
Expo Biogaz
17/06/2019 - 23/06/2019
Salon international de l'aéronautique et de l'espace
18/06/2019 - 18/06/2019
Energy Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Powerlink

Ethernet Powerlink est un réseau Ethernet temps réel et déterministe, présentant un temps de cycle de 200 µs et une gigue meilleure que 1 µs. Ce réseau utilise des composants Ethernet tout à fait standards. Au niveau de la couche physique du modèle OSI, il utilise le mode CSMA/CD (accès multiple avec détection de collision). Normalement, ce mode ne permet pas de garantir le temps réel. En fait, c’est au-dessus, au niveau de la couche MAC (accès au réseau), que se fait la différence : Powerlink utilise la technique SCNM (Slot Communication Network Management), qui permet de gérer un accès séquentiel aux différents équipements connectés au réseau, rendant impossible un accès simultané de deux équipements, et évitant ainsi tout risque de collision.

Powerlink atteint ses performances temporelles optimales lorsqu’il est dans le mode "Protected Mode", dédié au temps réel "dur". Il existe un mode "Open Mode", pour lequel il est possible de mixer des données temps réel et des données qui ne le sont pas. Les données temps réel sont traitées de manière déterministe mais avec des temps de cycle de l’ordre de la milliseconde (au lieu de 200 µs).

Powerlink est au départ une initiative de la société autrichienne B&R. C’est aujourd’hui un standard ouvert géré par l’association EPSG. Cette association travaille en coopération avec l’association CANopen : au niveau de la couche application, Powerlink peut travailler avec les profils des capteurs/actionneurs de CANopen.