Un Français récompensé par le prix Nobel de physique

Rédigé par  jeudi, 04 octobre 2018 15:58

Gérard Mouron, associé à Donna Strickland, et Arthur Ashkin se sont vus tous les trois récompenser pour leurs travaux sur les lasers et l’optique.

L’Académie royale des sciences de Suède vient de décerner le prix Nobel de physique 2018, pour une moitié, à l’Américain Arthur Ashkin (Bell Laboratories) et, pour l’autre moitié, au Français Gérard Mouron (École polytechnique et University of Michigan) et à la Canadienne Donna Strickland (University of Waterloo), pour leurs travaux sur les lasers et l’optique. Elle n’est que la troisième femme à recevoir ce prix, après la Française Marie Curie en 1903 et la Germano-Américaine Maria Goeppert-Mayer en 1963.

Arthur Ashkin a inventé des « pinces optiques » qui permettent de saisir particules, atomes, virus et autres cellules vivantes avec ces doigts de rayon laser. « Ce nouvel outil a permis à Arthur Ashkin de réaliser un vieux rêve de science-fiction : utiliser la pression de radiation de la lumière pour déplacer des objets physiques. Il a ainsi réussi à obtenir une lumière laser pour pousser de petites particules vers le centre du faisceau et les y maintenir », explique l’Académie.

Grâce à une approche ingénieuse, Gérard Mourou et Donna Strickland, eux, ont réussi à créer des impulsions laser ultracourtes à haute intensité, sans détruire le matériel amplificateur. Ils ont d’abord étiré dans le temps les impulsions laser pour réduire leur puissance maximale, puis les ont amplifiées et comprimées. Cette technique, appelée Chirped Pulse Amplification (CPA), est rapidement devenue la norme pour les lasers à haute intensité ultérieurs, dans les applications médicales et industrielles.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

12/11/2019 - 15/11/2019
Productronica

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Spectromètre XRF de table compact Spectromètre XRF de table compact
    La nouvelle génération du spectromètre à fluorescence X (XRF) Epsilon 1 de Malvern PANalytical apporte d’excellentes flexibilité et précision, pour une analyse élémentaire rapide et reproductible même sur le terrain.
    Lire la suite >
  • Indicateur/totalisateur de débit Indicateur/totalisateur de débit
    Fluidwell a ajouté le modèle E115 à sa série E. Il s’agit d’un indicateur/totalisateur de débit bidirectionnel antidéflagrant, qui permet de détecter le sens de l’écoulement avec des entrées de signal en quadrature.
    Lire la suite >
  • Oscilloscopes numériques 70 et 100 MHz Oscilloscopes numériques 70 et 100 MHz
    Rigol Technologies a complété les fonctionnalités de sa série d’oscilloscopes numériques 4 voies d’entrée de gamme DS1000Z. Les modèles DS1000Z-Plus proposent notamment une option d’analyse sur 16 voies logiques (MSO), via l’adaptateur RPL116 constitué d’une licence logicielle et d’une sonde logique.
    Lire la suite >
Flicker
Sur les installations électriques, la mise en marche de charges variables, comme des fours à arc, des imprimantes laser, des micro-ondes ou des systèmes de conditionnement d'air provoquent des variations rapides de tensions électriques : ce phénomène est appelé papillotement et il est quantifié par la valeur du flicker. Celui-ci est en réalité un calcul statistique issu de la mesure des variations rapides de tension et défini par la norme EN 61000-4-5. Pour l'homme, le papillotement est visible au niveau de la lumière d'éclairage, ce qui peut avoir des conséquences négatives (maux de tête, irritabilité, etc.).
Le flicker est un phénomène très variable dans le temps et son impact sur l'homme et sur les équipements n'est pas très facile à définir. Pour cette raison, deux valeurs de flicker ont été définies : le flicker courte durée (Pst), qui consiste à observer le flicker sur une période de 10 minutes, et le flicker longue durée (Plt), pour lequel la période de mesure est de 2 heures.