Les centres de pilotage de drones de DJI gagnent l’Europe

Rédigé par  vendredi, 26 octobre 2018 15:34

Lancés en Chine par DJI en 2016, les centres UTC de formation en pilotage de drones se développent en Europe avec l’ouverture de deux campus aux Pays-Bas, l’un dédié à la photographie aérienne et l’autre à l’inspection industrielle.

Le chinois DJI, spécialisé en drones et technologies d’imagerie aérienne, poursuit le déploiement de ses centres de formation UTC (Unmanned aerial systems Training Center) qui s’installent à présent en Europe. Créés en Chine en 2016 et établis depuis à Hong-Kong, à Taïwan, au Japon et en Malaisie, les centres UTC offrent aux pilotes de drones un entraînement professionnel à la fois théorique et pratique.

La version européenne commence dès ce mois d’octobre aux Pays-Bas et est assurée par le partenaire local Drone Flight Academy. Le programme propose deux cursus. Le premier, situé sur le campus Space 53 à Enschede, est dédié à la photographie aérienne et traite aussi bien des aspects opérationnels (réglementation, connaissance des produits, planification des vols, meilleures pratiques) que créatifs (étude de caméras, techniques d’imagerie aérienne, processus de postproduction). Le second cursus a lieu sur le site DFC de Hoofddorp et concerne l’inspection industrielle, apportant les connaissances techniques et l’expérience pratique pour les opérations intérieures et extérieures sur des infrastructures, des lignes électriques, des panneaux solaires ou des ponts.

« Nous souhaitons aider les entreprises à tirer profit de l’usage de drones, non seulement via nos solutions matérielles et logicielles, mais également par la formation et le gain d’autonomie », explique Barbara Stezner, responsable de la communication pour DJI EMEA. Avec le programme UTC, le spécialiste chinois ne cache d’ailleurs pas son ambition d’établir un standard industriel mondial. A la fin des cours, les participants ayant réussi les tests de connaissances et de vols recevront un certificat UTC et, dans le cadre de la collaboration avec Drone Air Flight, ils obtiendront également la licence requise pour les pilotes de drones aux Pays-Bas.

 

Dernière modification le vendredi, 26 octobre 2018 15:34
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/11/2018 - 21/11/2018
Be 4.0
27/11/2018 - 27/11/2018
Automation Class Factory

Non classé
Memograph M RSG45

L'enregistreur graphique évolué est un système flexible et performant pour l'organisation des valeurs [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
RAID

Redundant Array of Independent Disks, batterie redondante de disques durs indépendants. A la fin des années 1980, RAID signifiait “Redundant Array of Inexpensive Disks”, c’est-à-dire batterie redondante de disques économiques. C’était à l’époque où les gros disques d’ordinateurs étaient onéreux. Les temps ont changé et c’est la raison pour laquelle le terme Inexpensive a été remplacé par Independant. Le but des RAID est d’augmenter la performance ou de fournir une tolérance aux pannes. Développé à l’origine pour les systèmes de stockage, les Raid ont vu leurs applications s’élargir et sont désormais présents sur les PC. Le concept Raid peut être mis en œuvre avec un disque unique et à l’aide d’un logiciel spécialisé, mais les performances sont moindres qu’avec des Raid multi-disques, surtout lorsqu’il s’agit de restituer les données après une défaillance.
Raid améliore les performances des disques en interpénétrant les octets ou les groupes d’octets à travers plusieurs disques, de sorte qu’au moins deux disques sont en train de lire et d’écrire simultanément. La tolérance aux pannes est réalisée en utilisant la technique du disque miroir (duplication totale des données) comme dans RAID 1 ou en utilisant les bits de parité comme dans RAID 3 et RAID 5. Les bits de parité sont calculés en prenant un bit du disque 1 et en le combinant (fonction OU exclusif) avec un bit du disque 2, et en stockant le résultat sur le disque 3. Un disque défaillant peut être remplacé à chaud par un autre, le contrôleur RAID se charge de reconstituer les données perdues.

  • RAID 0. Les données sont réparties sur plusieurs disques de façon à améliorer la performance. Il n’y a pas de protection contre les pannes.
  • RAID 1. Les données sont toutes écrites en miroir sur deux disques distincts. Solution qui offre la meilleure fiabilité mais double le coût du stockage.
  • RAID 2. Les bits (plutôt que des octets ou des groupes d’octets) sont répartis sur plusieurs disques.
  • RAID 3. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques. Tous les disques travaillent en parallèle, ce qui assure une vitesse de transfert très élevée. Les bits de parité de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 4. Similaire au Raid 3 mais chaque disque est géré indépendamment. Peu utilisé.
  • RAID 5. Le plus largement utilisé. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques afin d’augmenter les performances, et les bits de parité sont utilisés pour la tolérance aux pannes. Les bits de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 6. Le plus fiable mais il est peu utilisé. Similaire à RAID 5, mais ici le contrôleur effectue les calculs de deux bits de parité différents, ou le même calcul sur deux sous-ensembles de données qui se chevauchent.
  • RAID 10. Combinaison de RAID 1 et RAID 0. RAID 0 est utilisé pour la performance et RAID 1 est utilisé pour la tolérance aux pannes.