Hausse à deux chiffres du CA d’Agilent Technologies

Rédigé par  mardi, 11 décembre 2018 17:49
Mike McMullen, président et CEO d’Agilent Technologies. Mike McMullen, président et CEO d’Agilent Technologies.

Le spécialiste de l’analyse chimique et des sciences de la vie a atteint le plus haut taux de croissance annuel depuis son autonome en 2014.

L’américain Agilent Technologies, l’un des principaux fabricants en analyse chimique, en sciences de la vie et en diagnostic, vient de clôturer son exercice fiscal 2018 sur un chiffre d’affaires de 4,914 milliards de dollars, en hausse de 9,9 % par rapport à l’année précédente, et des bénéfices nets de 316 millions de dollars (contre 684 M$ un an plus tôt).

Le chiffre d’affaires annuel global se répartit de la manière suivante : 2,27 milliards de dollars (+9,1 %) pour le groupe Life Sciences and Applied Markets, 943 M$ (+9,7 %) pour le groupe Diagnostics and Genomics et 1,701 milliard de dollars pour le groupe Agilent CrossLab (+11,1 %).

« Nous avons réalisé un 4e trimestre exceptionnel pour clôturer l'exercice avec des revenus et un bénéfice par action supérieurs aux attentes. Nous avons même atteint le plus haut taux de croissance annuel et la rentabilité la plus élevée depuis que nous sommes devenus une société autonome en 2014. L’objectif pour 2019 reste de mettre en œuvre notre modèle de création de valeur pour les actionnaires afin de générer une croissance des bénéfices supérieure », indique Mike McMullen (voir photographie), président et CEO d’Agilent Technologies.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2019 - 31/01/2019
20e Carrefour de l’eau
30/01/2019 - 31/01/2019
Biogaz Europe 2019
05/02/2019 - 06/02/2019
Analyse Industrielle

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Moteurs pas à pas La structure robuste, la grande plage de régimes et la puissance exceptionnelle dans [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SDH
Synchronous Digital Hierarchy. Normalisée par l’UIT au début des années 1990 (et connue aux Etats-Unis sous le nom de Sonet), la hiérarchie numérique synchrone définit une infrastructure de transport dans les réseaux de télécommunications sur fibre optique. Elle a été développée pour faciliter l’évolution vers les hauts débits, simplifier la gestion de la bande passante et améliorer les possibilités d’exploitation et de maintenance des réseaux télécoms. La SDH définit en particulier des niveaux successifs de multiplexage des voies de transmission : STM-1 (ou Sonet OC-3) à 155,52 Mbit/s, STM-4 (OC-12) à 622,08 Mbit/s, STM-16 (OC-48) à 2,488 Gbit/s et STM-64 (OC-192) à 9,953 Gbit/s. Brasseurs, multiplexeurs d’insertion/extraction et systèmes de ligne sont les trois principaux équipements SDH. (Définition Electronique International Hebdo)