GoyaLab est un nouvel acteur en spectrométrie

Rédigé par  jeudi, 10 janvier 2019 10:56
Thomas Kuntzel, président de GoyaLab. Thomas Kuntzel, président de GoyaLab.

Il s’agit d’un essaimage du centre technologique Alphanov, qui expérimente le transfert d’une technologie en conservant une part minoritaire dans la nouvelle société.

Le centre technologique optique et lasers Alphanov du pôle de compétitivité Alpha – Route des lasers et des hyperfréquences a lancé, le 24 septembre 2018, GoyaLab, qui est un essaimage directement issu des travaux menés au sein du centre technologique pour développer, industrialiser et commercialiser le GoSpectro.

Rappelons qu’il s’agit d’un mini spectromètre, capable de transformer n’importe quel smartphone en spectromètre de lumière. Les marchés visés sont tous ceux qui ont besoin d’instruments de spectroscopie mobiles, simples, compacts, peu coûteux et connectés, tels que l’agroalimentaire, la lutte contre la contrefaçon. « C’est un atout important de démarrer avec un produit existant, déjà très implanté sur les marchés de la gemmologie et de l’enseignement », affirme Thomas Kuntzel (voir photographie), président de GoyaLab.

Incubée par Bordeaux Unitec et hébergée dans l’espace « entreprises » d’Alphanov à l’Institut d’optique d’Aquitaine, GoyaLab repose sur le transfert d’une technologie brevetée ainsi que de toute l’activité liée au GoSpectro. « Pour la première fois avec GoyaLab, Alphanov expérimente le transfert d’une technologie en conservant une part minoritaire dans la nouvelle société », indique Benoît Appert-Collin, directeur du centre technologique.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2019 - 31/01/2019
20e Carrefour de l’eau
30/01/2019 - 31/01/2019
Biogaz Europe 2019
05/02/2019 - 06/02/2019
Analyse Industrielle

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SDH
Synchronous Digital Hierarchy. Normalisée par l’UIT au début des années 1990 (et connue aux Etats-Unis sous le nom de Sonet), la hiérarchie numérique synchrone définit une infrastructure de transport dans les réseaux de télécommunications sur fibre optique. Elle a été développée pour faciliter l’évolution vers les hauts débits, simplifier la gestion de la bande passante et améliorer les possibilités d’exploitation et de maintenance des réseaux télécoms. La SDH définit en particulier des niveaux successifs de multiplexage des voies de transmission : STM-1 (ou Sonet OC-3) à 155,52 Mbit/s, STM-4 (OC-12) à 622,08 Mbit/s, STM-16 (OC-48) à 2,488 Gbit/s et STM-64 (OC-192) à 9,953 Gbit/s. Brasseurs, multiplexeurs d’insertion/extraction et systèmes de ligne sont les trois principaux équipements SDH. (Définition Electronique International Hebdo)