Agilent Technologies dévoile deux chromatographes

Rédigé par  jeudi, 14 février 2019 17:59

Les nouveaux chromatographes en phase gazeuse de l’américain sont dotés d’une technologie prédictive autonome.

L’américain Agilent Technologies, l’un des principaux fabricants en analyse chimique, science de la vie et diagnostic, vient d’introduire les chromatographes en phase gazeuse 8860 et 8890, dont l’originalité est la présence d’une technologie « prédictive autonome » et qui viennent compléter l’Intuvo 9000.

« Nous avons intégré les innovations de ce modèle, tout en tirant parti de nombreuses technologies éprouvées de fours, d’entrée et de détecteurs, reconnues dans l'industrie pour leurs performances et leur qualité. Cela garantit un transfert de méthode simplifié pour les applications précédemment développées sur des systèmes existants », indique Jacob Thaysen, vice-président senior et président de la division Life Sciences and Applied Markets d’Agilent Technologies.

Les chromatographes en phase gazeuse 8860 et 8890 reposent sur une architecture électronique de nouvelle génération, issue de celle de l’Intuvo 9000 et intégrant une interface utilisateur couleur tactile locale ou déportée. Grâce à une connectivité sans fil, les opérateurs et les gestionnaires peuvent ainsi accéder en toute sécurité au statut et au fonctionnement des instruments, même en dehors du laboratoire, depuis une tablette numérique ou PC portable.

Parmi les fonctionnalités avancées, le modèle 8890 détecte et compense les variations de la pression atmosphérique pour assurer la précision des résultats chromatographiques. Il est également doté d’un système de contrôle électronique de la pression (EPC) à micro-canaux, garantissant une protection contre les contaminants (particules, eau et huile) dans les gaz, améliorant la fiabilité et la longévité de l’appareil.

La surveillance continue du système, les diagnostics automatisés et les routines de dépannage intégrées aideront les laboratoires à éviter les temps d'immobilisation imprévus et à accroître l'efficacité des laboratoires.« Les deux dernières fonctionnalités permettent aux opérateurs de se concentrer sur des tâches plus importantes, telles que la révision des données et les nouveaux besoins des clients », explique Shanya Kane, vice-présidente et directrice générale de la division Gas Chromatography d’Agilent Technologies.

Agilent Technologies a également développé les routines d'évaluation des blancs et des détecteurs, que l’on pourra retrouver dans l’Intuvo 9000, permettant ainsi une détermination automatique de l'état de préparation du système. Les systèmes 8860 et 8890 se distinguent en termes d’applications, le premier étant destiné à de nombreuses applications de base et le second proposant flexibilité et évolutivité optimales pour répondre aux besoins actuels et futurs.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.