InfraTec lance un détecteur pyroélectrique 8 voies

Rédigé par  jeudi, 28 février 2019 12:09

Son originalité est d’être le premier modèle du marché doté de 8 voies dans un boîtier TO8.

L’allemand InfraTec, spécialisé dans les technologies de mesure et les capteurs infrarouges, vient d’ajouter à son portefeuille de détecteurs le modèle LRM-278. Il est présenté comme le premier détecteur pyroélectrique du marché doté de 8 canaux dans un boîtier TO8.

Le nouveau détecteur à simple alimentation représente la solution idéale pour les applications d’analyse de gaz de nombreux gaz dans un encombrement réduit. Le LRM-278 se distingue d’abord par une fenêtre centrale construite directement dans la coiffe, que l’on retrouve aussi dans tous les autres modèles de la série de détecteurs miniaturisés multicanaux. Avec une ouverture de 8,5 × 8,5 mm2, le champ de vision (FOV) atteint 80° et le rapport signal sur bruit est élevé.

Autre innovation, les capteurs pyroélectriques sensibles, les éléments de compensation et les filtres de 2 × 2 mm2 sont placés directement les uns sur les autres sur des supports de puces spéciaux. Cette conception de pile assure l’espace nécessaire pour tous les autres composants.

Les ensembles regroupant éléments sensibles et filtres sont disposés dans un carré comportant chacun trois fois trois champs. Avec 8 canaux, un champ reste donc libre, celui du milieu, et il y a un capteur de température à cet endroit. C’est la première fois que la mesure de température, indispensable pour compenser la dérive thermique des filtres, est intégrée dans le détecteur.

Parmi les autres spécifications, citons une détectivité de 4,5.10+8 cm√Hz/W, une densité de bruit de 45 µV/√Hz, une réponse en tension de 70 000 V/W, la tension de signal élevée qui en résulte simplifiant la conception du circuit et l’intégration du détecteur et permettant au détecteur de mieux résister aux perturbations.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.