Des résultats financiers positifs pour Honeywell

Rédigé par  jeudi, 28 février 2019 12:11
explique Darius Adamczyk, président et CEO de Honeywell. explique Darius Adamczyk, président et CEO de Honeywell.

« Nous disposons désormais d'un portefeuille plus simple et plus ciblé, réparti sur six marchés finaux attrayants », indique Darius Adamczyk, président et CEO de l’américain.

Le conglomérat américain Honeywell spécialisée dans le contrôle d’automatisation, l’instrumentation et les services, vient de clore son exercice fiscal 2018 sur un chiffre d’affaires global de 41,802 milliards de dollars, en hausse de 3,1 % par rapport au précédent exercice fiscal, et une marge du bénéfice d’exploitation de 16 %, au lieu de 15,6 %.

« Nous avons réalisé un solide 4e trimestre pour terminer une année incroyable. Les ventes organiques ont augmenté de 6 % au 4e trimestre et pour l'exercice annuel, principalement en raison de la croissance soutenue des activités de l’aérospatiale commerciale, de la défense américaine et de l'automatisation des entrepôts », explique Darius Adamczyk, président et CEO de Honeywell.

Les ventes au 4e trimestre ont en fait reculé de 10 %, mais la différence s'explique principalement par l’essaimage des activités Transportation Systems (ex-Aerospace) et Homes and ADI Global Distribution (ex-Building Technologies), opérations partiellement compensées par l'impact favorable de la conversion des devises étrangères. « Nous disposons désormais d'un portefeuille plus simple et plus ciblé, réparti sur six marchés finaux attrayants », indique Darius Adamczyk.

Avec des commandes à cycle long et un carnet de commandes en progression de plus de 15 % en 2018, le conglomérat s'attend par ailleurs à un chiffre d'affaires 2019 compris entre 36 milliards et 36,9 milliards de dollars, ce qui représenterait une croissance organique de 2 à 5 %.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.