Buehler promeut Julien Noel

Rédigé par  jeudi, 07 mars 2019 14:58
Julien Noel, nouveau vice-président et directeur général de Buehler. Julien Noel, nouveau vice-président et directeur général de Buehler.

Le spécialiste des instruments et des consommables pour l’analyse des matériaux vient de nommer le français VP et directeur général.

Buehler, division de l’américain Illinois Tool Works (ITW) Test & Measurement et fabricant d’instruments, de consommables et d'accessoires pour la préparation et l’analyse des matériaux, vient de promouvoir Julien Noel au poste de vice-président et directeur général.

Il succède ainsi à Meredith Platt, qui rejoint la branche automobile d’ITW en qualité de vice-présidente et directrice générale de la division mondiale Seats, Safety and Motion.

Julien Noel a auparavant occupé le poste de directeur des opérations chez Digisens et enseigné comme professeur à l’École de management de Grenoble (Isère). Il a ensuite exercé les fonctions de directeur général Europe de North Star Imaging, avant de rejoindre ITW en 2010 suite au rachat de North Star Imaging.

Après être arrivé chez Buehler en 2015, Julien Noel y a récemment occupé les postes de directeur commercial pour le continent américain, de directeur mondial Marketing et Innovation puis de directeur mondial Stratégie et Innovation.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.