Le marché de l’IIoT frôlerait les 1 000 milliards de dollars en 2025

Rédigé par  vendredi, 11 octobre 2019 15:02

Selon Research and Markets, le marché mondial de l’Internet industriel des objets devrait connaître plus de 29% de croissance annuelle, portée par la forte demande en systèmes M2M, en analyse de données et en maintenance prédictive.

Dans sa dernière étude du marché mondial de l’Internet industriel des objets (IIoT), le cabinet d’analyse Research and Markets prévoit que celui-ci devrait dépasser les 949 milliards de dollars de revenu en 2025, suivant un taux de croissance annuel composé (CAGR) de 29,4 %. Les principaux moteurs de ce dynamisme résideraient dans la demande accrue en systèmes M2M, dans les besoins en analyse des données issues des technologies opérationnelles (OT) et dans la volonté de mettre en œuvre une maintenance prédictive. Des phénomènes quelque peu freinés par les inquiétudes relatives à la sécurité, à l’intégration des technologies et à la visibilité sur les actifs.

Basée sur des capteurs intelligents et les logiciels associés, la maintenance prédictive est particulièrement reconnue par les industriels pour gagner en efficacité, notamment au travers d’une meilleure disponibilité des équipements. Le rapport souligne que la chute des prix des capteurs et des logiciels renforce la tendance voyant les entreprises manufacturières investir de façon conséquente dans les technologies numériques plutôt que dans les infrastructures. Il note également la croissance significative attendue du segment des services « managés », due au fait que l’implémentation des technologies concerne toutes les couches de l’écosystème de l’IIoT.

Par ailleurs, l’étude des utilisateurs finaux fait ressortir l’adoption accrue des outils de l’IIoT pour la gestion des stocks et des installations, ainsi que pour l’optimisation de la logistique et des chaînes d’approvisionnement. Le secteur agricole présente aussi un fort potentiel de croissance avec le développement d’applications de gestion des sols et de l’eau, de surveillance des champs par drones ou d’agriculture de précision.

Au niveau géographique, la zone Asie Pacifique devrait dépasser l’Amérique du Nord en termes de revenus générés, une évolution résultant des investissements des gouvernements et des initiatives locales en faveur de l’implémentation de l’IIoT dans la région.

Enfin, les principaux acteurs cités dans l’analyse sont ABB, ARM, Atmel, Cisco, General Electric, IBM, Intel, Rockwell Automation, Siemens et Microsoft.

Dernière modification le vendredi, 11 octobre 2019 15:07
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Capteurs et transmetteurs
Débitmètres Proline 300/500

Nouvelle génération de mesure de débitProline 300/500 vous offre une grande valeur ajoutée tout au [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jg.canuet@mesures.com - 01.53.90.17.03
  • Sonde de pH sans verre Sonde de pH sans verre
    Endress+Hauser a développé la sonde de pF Memosens CPS77D. Elle se distingue par un nouveau design avec une extrémité biseautée, qui présente une surface de contact plus grande, et une puce Isfet plus grosse, qui assure des mesures plus rapides et la tenue aux nettoyages en place (NEP).
    Lire la suite >
  • Capteur de proximité
 Capteur de proximité

    Le nouveau TopWorx GO Switch 7LY d'Emerson Electric est un capteur de proximité doté d'un affichage Led lisible au soleil. Supportant une plage de température de -40 à +60 °C et un niveau de protection de IP66/68, il convient ainsi aux environnements difficiles.

    Lire la suite >
  • Logiciel d'intelligence opérationnelle
 Logiciel d'intelligence opérationnelle

    Siemens a lancé la version 6.0 de son logiciel d’intelligence opérationnelle XHQ, qui devient plus performant et plus convivial.

    Lire la suite >
RoHS
Restrictions of the use of certain Hazardous Substances, restrictions sur l’utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques. Celles-ci font faire l’objet d’une directive européenne. Il s’agira notamment de limiter l’utilisation du plomb, du cadmium, du mercure, du chrome hexavalent, du PBB et du PBDE. Pour chacune de ces substances, des exceptions sont prévues pour l’application de la directive.