L’essor des exosquelettes devrait se traduire par 26% de croissance

Rédigé par  vendredi, 24 avril 2020 17:22
L’essor des exosquelettes devrait se traduire par 26% de croissance RB3D
L’étude de ce marché mondial réalisée par Research and Markets envisage des revenus de 4,2 milliards de dollars en 2027, correspondant à un taux de croissance annuel de 26,3 % dans les sept ans à venir.
Le cabinet d’analyses Research and Markets a publié une étude du marché mondial des exosquelettes pour les sept prochaines années, prévoyant qu’il pourrait atteindre un montant de 4,2 milliards de dollars en 2027, suivant un taux de croissance annuel pondéré (CAGR) de 26,3 %.
 
L’adoption accrue des exosquelettes, aussi bien dans des applications de santé que dans d’autres secteurs, les offres de couverture de ces systèmes pour leur remboursement et la fréquence en hausse des lésions de la moelle épinière, sont autant de facteurs clés identifiés sur ce marché. A ces points s’ajoutent le développement de la robotique et la demande croissante pour des solutions personnalisées répondant aux besoins précis des patients.
 
L’an passé, les exosquelettes mobiles ont dominé le marché en représentant 61,8 % des revenus, issus notamment de l’offre innovante destinée aux personnes âgées ou handicapées. Cependant, le coût important de ces dispositifs contraint plus de patients à opter pour des exosquelettes fixes qui devraient ainsi connaître le taux de croissance le plus élevé.
 
En ce qui concerne le type d’actionneurs, les modèles électriques arrivaient en tête en 2019 avec une part de 32,1 % des revenus. L’étude fait ressortir leur coût abordable et l’offre très diversifiée. Parmi les autres types d’actionneurs utilisés, à savoir hydrauliques, pneumatiques, mécaniques ou les piles à combustible, ces dernières voient leur usage en hausse dans les applications militaires, grâce à leur durée de fonctionnement plus longue.
 
Quant aux acteurs présents sur ce marché, Research and Markets a pris en compte pour son analyse Ekso Bionics, ActiveLink (Panasonic), Cyberdyne, ReWalk Robotics, Rex Bionics, Lockheed Martin, SuitX (US Bionics), RB3D et Hocoma.
Dernière modification le vendredi, 24 avril 2020 18:03
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
Ko
Kilo-octets. Un octet est égal à 8 bits. Le bit est un élément binaire, qui peut prendre deux états (0 ou 1). Les termes de Kilo et Méga utilisés dans le système binaire ne doivent pas être confondus avec ceux utilisés dans le système décimal.
Dans le système décimal, 1 kilo est égal à 1000 et 1 méga est égal à 1000 kilos soit 1 million. Pour mieux fixer les idées sur la taille d’une mémoire, on a décidé de transposer dans l’univers binaire ces notions de kilo et méga (en mettant une majuscule, pour faire la différence). Le point de départ a été 1 Ko : le nombre binaire qui était le plus proche du kilo “décimal” était 1024 (2 puissance 10, donc 210).
Tout part de là. Par exemple, 64 Ko est égal à 64x1024 octets, soit 65536 octets (on s’éloigne du 64 kilos décimal), 128 Ko est égal à 131072octets (on est loin du 128 kilos décimal), etc. Un Mo représente 1024x1024 octets soit 1 048 576 octets. Un Go représente 1024x1024x1024 octets, soit 1073741834 octets. En résumé, les Kilos, Mégas, Giga (et même Téras) binaires sont, pour les deux premiers chiffres, du même ordre de grandeur que les kilos, mégas, gigas et téras décimaux.