Petit prix pour la caméra de thermographie destinée au contrôle des installations électriques

En lançant la caméra InfraCam, Flir Systems permet d'accéder à la thermographie pour moins de 6 000 euros. Le marché visé ? L'inspection de bâtiments et le contrôle d'installations électriques.
Flir Systems ne s'en cache pas : le premier argument de la caméra InfraCam, c'est le prix. Moins de 6 000 euros pour un outil de diagnostic destiné à l'inspection de bâtiments et d'installations électriques, c'est deux fois moins que le modèle le plus simple de la série précédente (ThermaCam), qui avait créé l'événement lors de son lancement en 2002.
A ce prix-là, le fabricant suédois parle “d'entrée” de gamme, mais refuse le terme de “bas” de gamme. « Nous n'avons pas pour autant sacrifié les performances, insiste Loïc Prémartin, directeur commercial de Flir Systems. L'InfraCam est un outil léger (moins de 550 grammes) et simple à manier. Grâce à un détecteur de 120x120 pixels, il offre aussi une bonne qualité d'images ».
Au niveau de l'ergonomie, on retrouve le format de “lampe torche” hérité de la série ThermaCam, mais avec une variante plus pratique : l'optique n'est plus dans l'axe de la poignée et de l'écran, mais pratiquement perpendiculaire, si bien qu'il est plus facile de voir l'écran tout en inspectant un objet situé en hauteur.
Autres particularités, l'InfraCam est plus petite que les modèles précédents (243x81x103 mm), mais elle intègre un écran plus grand (3,5"). Enfin, « elle offre une autonomie de 7 heures en fonctionnement continu, soit 5 heures de plus que les modèles les plus courants », indique M. Prémartin.
L'InfraCam n'est pas un outil d'expertise. Il ne permet donc pas de connaître la température de n'importe quel point de l'image, mais uniquement d'un point fixe situé au centre de l'image. Il est donc surtout destiné à la recherche des points chauds.
Les autres caractéristiques sont plus classiques. La caméra InfraCam offre une étendue de mesure allant de – 10 à 350 °C, avec une sensibilité thermique de 0,2 °C (à 30 °C). Il est possible d'enregistrer jusqu'à 50 images au format jpeg dans la mémoire Flash intégrée, et de les télécharger ensuite dans un PC via le port USB.
Le lancement de ce modèle conduit Flir Systems à modifier son offre actuelle. Les caméras ThermaCam E25 et E65 ne seront plus fabriquées, mais la série devrait s'enrichir de deux nouveaux modèles : la caméra E300, qui offre une matrice de 320x240 pixels à un prix de 14 950 euros, et la caméra E320 (avec la même matrice et un zoom numérique x 4, à 18 950 euros).
L'InfraCam sera commercialisée par Flir Systems, mais aussi et surtout par son réseau de distributeurs, qu'il a constitué en 2002. Avec ce nouveau lancement, Flir espère vendre entre 400 et 500 caméras sur la première année (tous modèles confondus).


Autres caractéristiques
· Distance minimale de focalisation : 0,3 m
· Champ de vision : 25°x25°
· Fréquence d'acquisition : 9 Hz
· Réglages : date/heure, langue, mise en veille, luminosité
· Adaptateur pour alimentation sur secteur
· Température d'utilisation : de - 15 à 50 °C
· Indice d'étanchéité : IP 54

Dernière modification le mardi, 04 avril 2006 02:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

02/09/2020 - 03/09/2020
Expobiogaz
03/09/2020 - 04/09/2020
Sido
16/09/2020 - 17/09/2020
Analyse industrielle
23/09/2020 - 24/09/2020
IoT World + MtoM Embedded
23/09/2020 - 24/09/2020
Microwave & RF
29/09/2020 - 01/10/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
29/09/2020 - 01/10/2020
Sepem Industrie Avignon/Forum de l'électronique
07/10/2020 - 08/10/2020
Forum Labo
14/10/2020 - 15/10/2020
Mesures Solutions Expo

Non classé
Memograph M RSG45

L'enregistreur graphique évolué est un système flexible et performant pour l'organisation des valeurs [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Détecteurs de niveau à lames vibrantes Détecteurs de niveau à lames vibrantes
    La nouvelle génération des détecteurs à lames vibrantes Liquiphant FTL51B d’Endress+Hauser communique désormais en Bluetooth, avec l'application propriétaire SmartBlue (Android et iOS).
    Lire la suite >
  • Antenne goniométrique pour localisation Antenne goniométrique pour localisation
    Narda Safety Test Solutions (STS ; groupe L3Harris Technologies) a présenté son antenne goniométrique automatique ADFA 2 (Automatic Direction Finding Antenna). Avec une gamme de fréquence étendue, elle permet, associée au récepteur temps réel SignalShark, de localiser de manière précise et sûre des signaux RF.
    Lire la suite >
  • Transmetteur de point de rosée Transmetteur de point de rosée
    Le transmetteur de point de rosée SF82, développé par Michell Instruments (groupe Process Sensing Technologies) affiche un temps de réponse de 6 s (de -60 à -20 °C) ou 40 s (de -20 à -60 °C), alors que les modèles Easidew sont limités à 5 min.
    Lire la suite >
Bloc de jonction
Le bloc de jonction, appelé aussi “borne”, comporte des borniers à vis ou à ressort et il sert à raccorder des fils électriques dont l’extrémité a été préalablement dénudée (mais il existe aussi des systèmes de connexions auto-dénudantes, appelées aussi “à déplacement d’isolant”). Les blocs de jonction sont omniprésents dans les armoires électriques industrielles où ils servent à connecter des capteurs et actionneurs sur des équipements électroniques et électriques. Ils sont très modulaires et permettent de réaliser de fortes densités de connexions.
De nombreux capteurs et actionneurs sont équipés de fils munis d’un connecteur pré-câblé, souvent cylindrique. Ceux-ci se raccordent sur des socles également munis de connecteurs. Ces socles remplissent un peu le rôle d’un bloc de jonction mais ils ne sont pas modulaires et ne permettent pas de réaliser une forte densité de raccordements.
Bloc de jonction se traduit en anglais par “terminal bloc”.