mesures 881

Advantech propose la passerelle industrielle UNO-1252G qui est dédiée aux applications liées à l'Internet des objets (IoT).

Publié dans Réseaux

Krohne a présenté le compteur d’eau électromagnétique Waterflux 3070 doté désormais, en option, d’un capteur de pression (-0,5 à 16 bar ; ±1 % de la pleine échelle) et d’une sonde de température (-5 à +70 °C ; ±1,5 °C) intégrés. L’appareil peut ainsi être utilisé pour la détection de fuite dans les réseaux d'eau potable.

Destinés à la série d'interfaces manuelles MA 21xx, les kits interchangeables avec cage de Faraday ATS 21xx/HF d’Ingun permettent une connexion fiable et précise des cartes RF hautement sensibles et la mesure sécurisée des signaux RF lors des tests RFID, GSM, UMTS et WLAN‐2.

jeudi, 04 février 2016 10:14

Contrôleur de pression pneumatique

Wika a étendu son offre de contrôleurs de pression avec le modèle pneumatique CPC4000. Remplaçant le contrôleur pneumatique de pression haute vitesse CPC3000, il est une alternative économique aux solutions haut de gamme et permet de répondre à un large éventail d'applications.

Publié dans Mesure physique
jeudi, 04 février 2016 10:14

Panel PC pour la logistique

JLT Mobile Computers a introduit le JLT1214P qui est un ordinateur durci doté d'un écran tactile 12 pouces XGA (luminosité de 500 cd/m2) pour la logistique.

Publié dans PC embarqués
jeudi, 04 février 2016 10:13

Passerelles Ethernet pour caméras

Avec sa nouvelle passerelle VeriSens EtherNet/IP, Baumer répond au besoin de connexion de ses caméras de la gamme VeriSens. il est ainsi possible d'intégrer jusqu'à quatre caméras avec interface RS-485.

mardi, 02 février 2016 11:45

Routeur radio pour réseaux sécurisés

Le routeur radio ultra hautes fréquences Satellar XT5 de Satel permet la mise en place de réseaux radio sécurisés. Grâce à des données cryptées, il assure en effet les communications sur de longues distances en les protégeant d'éventuelles attaques.

Publié dans Réseaux
mardi, 02 février 2016 11:44

Enregistreur sans papier pour process

Jumo renouvelle sa gamme d’enregistreurs sans papier pour process, avec le modèle d’entrée de gamme Logoscreen 600. Remplaçant du Logoscreen 500 cf, le nouvel enregistreur dispose d’un écran TFT couleur 5,7 pouces 640 x 480 pixels tactile (résistif), assurant un affichage par icones et la visualisation jusqu’à 6 vues de process individuelles sous forme de courbes (verticales ou horizontales), de diagrammes à barres, de valeurs numériques ou de diagrammes digitaux.

mardi, 02 février 2016 11:43

Testeur d’huile de friture

Le testeur d’huile 270 de Testo permet de contrôler régulièrement la qualité des huiles de friture. Il mesure en effet les composés polaires totaux (TPM) dans l’huile et les indique en pourcentage, selon une étendue de mesure de 0,5 à 40 % TPM (capteur capacitif), une précision typique de ±2 % et une résolution de 0,5 %.

Publié dans Mesure physique
mardi, 02 février 2016 11:42

Module processeur embarqué compact

Congatec propose un nouveau module processeur embarqué, le conga-UMX6 µQseven. Sa taille réduite (40 x 70 mm) le destine à des applications où l'encombrement et la consommation doivent être minimaux.

Publié dans PC embarqués

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Débitmètres Proline 300/500

Nouvelle génération de mesure de débitProline 300/500 vous offre une grande valeur ajoutée tout au [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
6 sigma
Six Sigma (6s) est un ensemble de stratégies, méthodes, outils de calculs statistiques, etc. qui permettent d’améliorer un processus, qu’il s’agisse d’un processus de conception, d’un processus de production, d’un processus commercial, etc. Une démarche Six Sigma peut être appliquée aux processus les plus élémentaires, comme par exemple le processus d’insertion de la notice à l’intérieur de l’emballage d’un médicament. Le but d’un projet Six Sigma est d’éliminer les causes de défauts. Pour le mettre en place, il est donc judicieux de commencer par les processus qui génèrent le plus de problèmes.
L’origine de la méthode Six Sigma remonte à 1985 : à cette époque, Motorola Semiconductors avait avancé l’argument qu’elle visait un objectif de Six Sigma pour la fabrication de composants électroniques. Sigma désigne l’écart type d’un processus (voir définition de écart type). Dans toute production, on se fixe des limites de tolérance haute et basse. Un processus 'un sigma' (1s), ça signifie que 68,26 % des pièces produites se trouvent à l’intérieur des limites de tolérance. Pour un processus 'deux sigma' (2s), ce pourcentage monte à 95,46 %. Et ainsi de suite. Un processus Six Sigma (6s) signifie que 99,999998 % des pièces produites sont à l’intérieur des limites de tolérance, c’est-à-dire qu’il y a moins d’une pièce défectueuse sur 50 millions. Du moins en théorie. En fait, en pratique, le taux de défaut retenu pour un processus Six Sigma est de 3,4 ppm (3,4 pièces défectueuses sur un million). Ce chiffre ne doit rien au hasard. On part du principe que le process Six Sigma n’est pas forcément centré par rapport aux limites de tolérances. On s’autorise un écart de ±1,5s par rapport au centre et les calculs permettent alors d’arriver à un taux de 3,4 ppm.
Cela dit, la plupart des processus actuels relèvent plutôt du 3s, voire 3,5s. Mais c’est parfois beaucoup plus : pour ses moteurs d’avions, General Electric parle d’un objectif de 20s !