Luc Bertossi est nommé directeur général d’Hydreos

Rédigé par  mardi, 24 janvier 2017 10:49
Luc Bertossi, nouveau directeur général d'Hydreos. Luc Bertossi, nouveau directeur général d'Hydreos.

Après 25 ans d’expérience dans le domaine de l’eau, il rejoint le pôle de compétitivité Alsace et Lorraine.

Le pôle de compétitivité spécialisé dans les métiers de l’eau Hydreos vient d’annoncer la nomination de Luc Bertossi au poste de directeur général. Agé de 51 ans ce diplômé de l’ESCP (Ecole supérieure de commerce de Paris) Europe a bâti son expertise chez des acteurs importants de l’industrie de filière de l’eau.

Après avoir travaillé huit ans chez Saint-Gobain PAM en tant que responsable des ventes à l’export en Europe pour la division Assainissement, Luc Bertossi a ensuite été directeur général de la branche Industrie et membre du REB (Regional Executive Board) Western Europe en charge de la France, de la Suisse, du Benelux et du Maghreb chez Rehau. En 2013, il devient CEO de Pipelife France, filiale du groupe autrichien Wienerberger.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.