Le bâtiment à l'honneur de la Journée mondiale de l’accréditation

Rédigé par  lundi, 12 juin 2017 15:49
Bernard Doroszczuk, directeur général du Cofrac. Bernard Doroszczuk, directeur général du Cofrac.

Pour la 10e édition, la Journée mondiale de l’accréditation a mis à l’honneur la construction, la transition énergétique et les villes durables.

Après la santé en 2015 et les politiques publiques en 2016, la 10e édition de la Journée mondiale de l’accréditation, une initiative internationale créée conjointement par l’International Accreditation Forum (IAF) et l’International Laboratory Accreditation Cooperation (ILAC) et consacrée cette année à l’accréditation dans la construction et le bâtiment, a été l’occasion pour le Comité français d’accréditation (Cofrac) de revenir sur les apports de l’accréditation en matière de sécurité sur les chantiers de construction, de transition énergétique et de développement des villes vers un modèle plus durable.

« L’accréditation est essentielle pour renforcer la confiance dans la conformité aux règles, normes et bonnes pratiques applicables. Cette procédure objective menée par une tierce partie permet de reconnaître la compétence et l’impartialité de ceux qui testent, inspectent ou certifient. En évitant la duplication des vérifications, l’accréditation constitue le moyen le plus transparent et le plus largement accepté pour donner confiance dans la fiabilité des résultats et dans les certifications délivrées », explique Bernard Doroszczuk (voir photographie), directeur général du Cofrac.

Dans le cas de la sécurité des travailleurs sur les chantiers de construction, les normes contribuent à la prévention des risques d’exposition au bruit et aux vibrations. Les vibrations sont la sixième cause de maladie professionnelle en France. Pour prévenir ces risques, la réglementation définit des valeurs seuils au-delà desquelles des actions de prévention doivent être mises en œuvre par l’employeur, à savoir la réduction des durées d’exposition, le choix du matériel et l’amélioration des conditions d’utilisation.

Quant au bruit qui constitue une nuisance majeure dans le milieu professionnel – on considère que l’ouïe est en danger à partir d’un niveau de 80 dB durant une journée de travail de 8 heures – , il peut provoquer des surdités mais aussi stress et fatigue qui, à la longue, ont des conséquences sur la santé du salarié et la qualité de son travail. Pourtant, des moyens existent pour limiter l’exposition des travailleurs aux nuisances sonores : du traitement acoustique des locaux à l’encoffrement des machines bruyantes, les mesures collectives de lutte contre le bruit sont les plus efficaces.

Dernier exemple, les normes jouent également un rôle important pour garantir la sécurité et préserver la santé des travailleurs utilisant des équipements de protection individuelle (EPI). Ces derniers font l’objet d’un règlement européen rendant obligatoire l’apposition du marquage CE sur ces produits, les fabricants attestant ainsi que leurs produits correspondent aux exigences fondamentales et légales. Les exigences techniques sont décrites dans les normes européennes harmonisées correspondantes.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

07/11/2017 - 07/11/2017
NIDays

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Codeur multitours Codeur multitours
    Le Sendix F5883 de Kübler est un codeur optique à arbre creux, conçu pour répondre aux contraintes des entraînements de plus en plus compacts.
    Lire la suite >
  • Moteur pas-à-pas Moteur pas-à-pas
    Schneider Electric a lancé le moteur pas-à-pas Lexium Mdrive, doté d'un variateur, d'un contrôleur et d'un codeur optionnel. Il répond ainsi aux besoins de contrôle des applications de positionnement.
    Lire la suite >
  • PC pour systèmes de vision PC pour systèmes de vision
    Aaeon a sorti le PC Boxer-6839 pour les systèmes de vision industrielle. Il a été testé avec de nombreuses caméras et logiciels de vision.
    Lire la suite >
IEEE 1394
Cette norme porte sur un bus série externe conçu à l’origine par Apple pour raccorder des périphériques à haut débit (400 Mbit/s) sur des PC (équipements vidéo en particulier). Apple l’avait baptisé FireWire. Sony l’a quant à lui appelé i.Link.
Quand USB est apparu sur les PC, on a pensé que ce port serait réservé aux périphériques à faible débit (clavier, écran, imprimante) tandis que FireWire assurerait la connexion des périphériques à haut débit. Mais USB a vu ses capacités augmentées et du coup FireWire n’a pas connu le succès escompté sur les PC.
Le bus IEEE1394 est un bus série capable de transmettre des données de façon asynchrone et isochrone avec un débit utile très proche du débit nominal. Simple dans sa conception (paire torsadée) et dans son utilisation (plug and play à chaud), il trouve des applications dans le domaine industriel, en particulier dans les applications de vision et en tant que bus de terrain pour les commandes et synchronisations d’axes.