Emitech est le seul laboratoire certifié Sigfox Ready

Rédigé par  mardi, 24 octobre 2017 14:30

Le programme de certification permet de s'assurer que la connectivité Sigfox est intégrée dans tous les appareils partenaires avec un niveau de performance adéquat.

Le groupe français Emitech, spécialisé dans les essais en environnement (radio, sécurité électrique, CEM, climatique, mécanique, fiabilité, acoustique), vient d’être labellisé Sigfox Partner par la société toulousaine Sigfox. Emitech est ainsi le seul laboratoire français reconnu pour mener à bien la certification Sigfox Ready.

Pour que la partie embarquée des objets communicants soit correctement mise en œuvre, le toulousain rend obligatoire une certification pour tout appareil communiquant sur son réseau éponyme. Il s’agit de s'assurer que la connectivité Sigfox est intégrée dans les appareils partenaires avec un niveau de performance adéquat, ainsi que et de maintenir une qualité de service élevée sur le réseau grâce à la conformité de chaque appareil à la spécification radio Sigfox (conduites et rayonnées).

Le programme de certification permet aux partenaires de Sigfox de réaliser l'intégration de la connectivité Sigfox avec la livraison de leur bibliothèque qui implémente leur protocole, mais aussi d’évaluer les performances globales rayonnées du produit et évaluer la qualité de service. Pour Emitech, il s’agira de mettre en œuvre des mesures pour évaluer les performances de rayonnement du produit final. Ces essais permettent de classer chaque matériel en liaison montante et reflètent l'efficacité de la puissance rayonnée émise par l’équipement.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/05/2020 - 28/05/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
09/06/2020 - 11/06/2020
Sepem Industries Colmar
23/06/2020 - 26/06/2020
Global Industrie
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL
24/06/2020 - 25/06/2020
Analyse industrielle

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Contrôleur d’écart IO-Link Contrôleur d’écart IO-Link
    L’ISA3-L, qu’a introduit SMC, est un contrôleur d’écart permettant de mesurer les pressions d’entrée et de sortie, pour la détection de pièces, les informations étant fournies en tant que valeurs de process.
    Lire la suite >
  • Balances étiqueteuses pour le comptage Balances étiqueteuses pour le comptage
    Les séries BCT et BKT introduites par Adam Equipment sont deux gammes de respectivement six et onze balances de table et au sol, associées à l’indicateur AE 504 ou AE 503, pour le comptage d’objets de toutes tailles.
    Lire la suite >
  • Contrôleur avec IHM Contrôleur avec IHM
    
Le Power Panel C50 de B&R Automation (groupe ABB) est un contrôleur doté d'un écran tactile. Modules d'entrées/sorties (E/S), axes, et composants de sécurité s'y connectent directement.
    Lire la suite >
Arbre de défaillance
Les arbres de défaillance constituent une technique très répandue pour étudier la sûreté de fonctionnement (fiabilité, sécurité) des systèmes. Ils ont été inventés par Watson (Bell Telephone Company) en 1962. Basé sur l’utilisation d’opérateurs ET et OU, un arbre de défaillance représente un mode de défaillance d’un système en fonction des modes de défaillance de ses sous-systèmes. L’arbre de défaillance est souvent utilisé en conception pour identifier les causes multiples d’événements redoutés. Il s’agit d’une méthode déductive et statique.
La construction repose sur la décomposition de l'événement indésirable (défaillance) en événements intermédiaires qui l'explicitent sous forme de causes immédiates. Ces dernières sont à leur tour décomposées en d'autres causes, et ainsi de suite jusqu'à ce que toute nouvelle décomposition soit devenue impossible ou jugée inutile.
Lorsque les éléments de base sont identifiés, on procède à la deuxième étape, l'estimation. L'estimation finale de la probabilité qu'un événement indésirable se produise, doit tenir compte de l'ensemble des probabilités et/ou fréquences de défaillance associées aux événements intermédiaires.
L'utilisation de l'arbre de défaillance nécessite d’avoir une bonne connaissance du système étudié. Une méthode d'identification des dangers comme l'AMDE (voir ce terme) peut apporter la connaissance nécessaire.