Trescal met la main sur A+ Métrologie

Rédigé par  jeudi, 02 novembre 2017 12:03
François Moïse, directeur général délégué de Trescal. François Moïse, directeur général délégué de Trescal. Trescal

Le groupe spécialisé en étalonnage vient de racheter le français A+ Métrologie et le malais Pyrometro Services.

Le groupe français Trescal, l'un des principaux acteurs mondiaux dans les services d'étalonnage et de maintenance, vient d’annoncer coup sur coup l’acquisition du malais Pyrometro Services et, surtout, celle du français A+ Métrologie, dont l’annonce de la cession courait depuis quelques mois, pour des montants non dévoilés.

Créée en 2000, A+ Métrologie, qui est une filiale du groupe français Apave, compte 14 laboratoires multi-grandeurs répartis sur le territoire national. La société emploie 320 personnes, dont 250 ingénieurs et techniciens, pour un chiffre d’affaires de 27 millions d’euros en 2016. Pour Van Phuc Lê, président d'Apave Développement et vice-président d'Apave, « Cette cession nous permet d’accélérer notre développement sur notre cœur d’activité, à savoir la maîtrise des risques. »

« Ce rapprochement constitue une opportunité unique en France de proposer à nos clients un catalogue de services plus complet encore (offre plus large de prestations d’étalonnage accréditées, capacités de mesure plus grandes), au travers d’un réseau d’agences renforcé », affirme François Moïse (voir photographie), directeur général délégué de Trescal.

En ce qui concerne le rachat de Pyrometro Services, le groupe français renforce sa présence géographique en Asie du Sud-Est. Créée en 1992 à Kuala Lumpur et regroupant quatre laboratoires accrédités, la société est un prestataire de métrologie spécialisé dans le secteur des sciences de la vie, avec des compétences techniques en électromagnétisme, en dureté, en température et en couple.

Le malais emploie 168 personnes pour un chiffre d’affaires de 15 millions de Ringgit malaisien (environ 3 M€). « Notre ambition est d’atteindre les 50 M€ de chiffre d’affaires en Asie à l’horizon 2022, principalement au travers de notre politique d’acquisition », affirme Guillaume Caroit, directeur général délégué du groupe Trescal.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.