Pollen Metrology lève 2 millions d’euros

Rédigé par  jeudi, 02 novembre 2017 14:13

Avec cet investissement, le jeune éditeur de logiciels de nanométrologie compte bien accélérer la feuille de route de son outil.

La start-up iséroise Pollen Metrology, éditeur de logiciels d'analyse de données de métrologie pour la maîtrise des nanomatériaux, vient d’annoncer la réalisation d’un premier tour de table, d’un montant de 2 millions d’euros, auprès des fonds d'investissements XAnge et Kreaxi, ainsi que de fonds privés et publics.

La jeune pousse va utiliser cet investissement pour accélérer la feuille de route de son logiciel de nanométrologhie Platypus et ainsi répondre aux besoins des industries du semi-conducteur, de l'énergie, de la métallurgie des poudres et de la pharmaceutique.

Rappelons que Platypus permet de réduire considérablement les coûts de R&D, d’améliorer les rendements de production et d’accélérer le développement de nouveaux procédés. Le logiciel assure également la réduction des défauts, depuis les premières étapes de R&D jusqu'à la production en gros volume.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.