Le LNE affiche un redressement historique en 2017

Rédigé par  mercredi, 11 avril 2018 11:38
Thomas Grenon, directeur général du LNE. Thomas Grenon, directeur général du LNE.

Après plusieurs années de déficit, le Laboratoire national de métrologie et d’essais a enregistré un résultat d’exploitation de 5,2 M€.

Le Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) a réalisé, pour son exercice fiscal 2017, un chiffre d’affaires marchand de 55,2 millions d’euros, en hausse de 9,1 % par rapport à l’année précédente, et un résultat d’exploitation (hors intéressement) de 5,2 M€, contre 2,3 M€ en 2016.

C’est d’ailleurs un résultat d’exploitation record sur les quatre dernières années, résultat qui confirme le redressement financier engagé en 2016. Parmi les activités du LNE, on peut mentionner le quadruplement du chiffre d’affaires de l’activité Caractérisation es nanomatériaux en 2017, le lancement d’une prestation dans le domaine de l’intelligence artificielle ou le bon démarrage de la certification des logiciels de caisses enregistreuses.

« Son redressement aujourd’hui confirmé, le LNE se tourne résolument vers l’avenir en se positionnant sur les technologies de rupture qui feront l’industrie de demain : l’industrie du futur, l’intelligence artificielle, les nanotechnologies, la cybersécurité, etc. Cette dynamique va se poursuivre grâce à l’accroissement des investissements et des recrutements », explique Thomas Grenon (voir photographie), directeur général du LNE.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
UHF
Ultra High Frequency, ultra-hautes fréquences : ce terme est ancien et il avait été défini pour qualifier un domaine de fréquences très élevé pour l’époque. En fait, il ne s’agit pas de fréquences si élevées que cela (300 MHz- 3 GHz). Les UHF sont au-dessus de la gamme VHF (laquelle couvre la plage 30 MHz-300 MHz). Aujourd’hui, pour ces deux bandes, on parle plutôt de “plage RF” (radiofréquences). Au-dessus de 3 GHz, on entre dans le domaine des hyperfréquences.