Nouvelle étape pour la standardisation en microfluidique

Rédigé par  vendredi, 06 juillet 2018 16:07

Une équipe internationale vient de créer l’association MakeFluidics chargé d'écrire des normes pour accélérer le développement et la fabrication de dispositifs.

Dans la continuité du projet européen MicroFluidics Manufacturing (MFManufacturing), le Leti, l’institut de recherche du CEA Tech, vient d’annoncer que de nouvelles normes ISO sur la microfluidique seront développées dans le cadre de l'association internationale MakeFluidics et des lignes directrices définies par le Leti.

« Les procédés de fabrication existants pour les appareils électroniques qui sont sur le marché depuis de nombreuses années bénéficient de normes bien établies pour les composants électroniques et sont facilement intégrés dans le processus de production des grandes fonderies », rappelle Nicolas Verplanck, chef de projet microfluidique au Leti et désormais responsable des groupes de travail européens CEN/TC-332/WG7 et ISO/TC48/WG3 (ingénierie des microprocessus).

En plus d'entamer des discussions formelles sur les normes d'interopérabilité et d'autres considérations clés, l’association MakeFluidics définira des protocoles de normalisation, des processus et des directives pour accélérer le développement et l'adoption de systèmes microfluidiques. « Les normes du projet MFManufacturing nous ont permis de développer une preuve de concept rapide de banc d'essai fluidique adapté aux besoins de nos clients », indique Vincent Tempelaere, CEO d'Eveon.

La standardisation anticipée de la conception et de la fabrication microfluidique se concentrera sur l'augmentation de la maturité des aspects fonctionnels, en mettant l'accent à la fois sur de nouveaux modules fonctionnels et sur leur interopérabilité, et de la maturité des processus de fabrication. Cela se traduira par la concentration sur de nouveaux processus d'intégration hybrides et sur la maturité croissante de certains procédés de fabrication sélectionnés pour leur potentiel commercial à court terme.

Le comité de pilotage de l'association MakeFluidics comprend également Holger Becker (MicroFluidic Chipshop), Marko Blom (Micronit), Henne van Heeren (enablingMNT), Lionel Matthys (Fluigent), Darwin Reyes (NIST), Alexios Tzannis (IMT) et Yu Zhou (Siemens Healthineers).

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/05/2019 - 20/05/2019
Café débat sur la métrologie
21/05/2019 - 23/05/2019
Preventica Paris
22/05/2019 - 23/05/2019
PEFTEC 2019
23/05/2019 - 23/05/2019
A3P Métrologie
05/06/2019 - 06/06/2019
Atmos’Fair
05/06/2019 - 05/06/2019
Journée technique du CFM
12/06/2019 - 13/06/2019
Expo Biogaz
17/06/2019 - 23/06/2019
Salon international de l'aéronautique et de l'espace
18/06/2019 - 18/06/2019
Energy Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Powerlink

Ethernet Powerlink est un réseau Ethernet temps réel et déterministe, présentant un temps de cycle de 200 µs et une gigue meilleure que 1 µs. Ce réseau utilise des composants Ethernet tout à fait standards. Au niveau de la couche physique du modèle OSI, il utilise le mode CSMA/CD (accès multiple avec détection de collision). Normalement, ce mode ne permet pas de garantir le temps réel. En fait, c’est au-dessus, au niveau de la couche MAC (accès au réseau), que se fait la différence : Powerlink utilise la technique SCNM (Slot Communication Network Management), qui permet de gérer un accès séquentiel aux différents équipements connectés au réseau, rendant impossible un accès simultané de deux équipements, et évitant ainsi tout risque de collision.

Powerlink atteint ses performances temporelles optimales lorsqu’il est dans le mode "Protected Mode", dédié au temps réel "dur". Il existe un mode "Open Mode", pour lequel il est possible de mixer des données temps réel et des données qui ne le sont pas. Les données temps réel sont traitées de manière déterministe mais avec des temps de cycle de l’ordre de la milliseconde (au lieu de 200 µs).

Powerlink est au départ une initiative de la société autrichienne B&R. C’est aujourd’hui un standard ouvert géré par l’association EPSG. Cette association travaille en coopération avec l’association CANopen : au niveau de la couche application, Powerlink peut travailler avec les profils des capteurs/actionneurs de CANopen.