Vincent Laflèche reconduit à la tête du CEN

Rédigé par  jeudi, 23 août 2018 17:00
Vincent Laflèche, réélu président du CEN. Vincent Laflèche, réélu président du CEN.

Pour ce deuxième mandat, il aura en charge la gestion des conséquences du Brexit, la préservation du système de la nouvelle approche, le suivi du plan innovation, recherche et normalisation…

Lors de sa réunion du 21 juin 2018, l’assemblée générale du Comité européen de normalisation (CEN), l’organisme chargé de coordonner la création de normes volontaires dans tous les domaines, hors électrotechnologie, a réélu, pour un deuxième mandat, Vincent Laflèche à sa présidence.

Parmi les principaux enjeux qui rythmeront son mandat, on trouve la gestion des conséquences du Brexit et la préservation du système de la nouvelle approche. Ce mécanisme est à l’œuvre depuis 1985 pour cultiver une meilleure complémentarité des rôles entre les directives européennes, qui fixent des exigences essentielles pour la mise sur le marché des produits, et les normes volontaires, élaborés par les organismes de normalisation et qui proposent des moyens pour atteindre ces objectifs.

Les deux autres grands enjeux portent sur le suivi du plan innovation, recherche et normalisation et l’implication encore plus facile des experts (entreprises, administrations, associations de consommateurs, fédérations, etc.) en favorisant l’utilisation de systèmes IT communs et partagés par les organismes de normalisation nationaux, l’ISO, l’IEC et le CEN-Cenelec.

Diplômé de l’École polytechnique puis de l’École des Mines de Paris en 1987, Vincent Laflèche débute sa carrière au ministère de l’Environnement, en tant que notamment directeur au sein de la direction de la prévention des pollutions et des risques. Il est ensuite directeur général, puis administrateur de la société de conseil en environnement Ecobilan Italia.

De 2003 à 2013, Vincent Laflèche est directeur général adjoint, puis directeur général de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). Dans le même temps, il s’engage dans le système français de normalisation en qualité de président de la commission de normalisation « évaluation des risques » (2006-2007), puis comme membre du conseil d’administration d’Afnor (2012-2013).

En 2011, il devient également président du comité stratégique « environnement et responsabilité sociétale » d’Afnor. De 2013 à septembre 2016, Vincent Laflèche est PDG du service géologique national français, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). En plus d’être président du CEN, il est enfin directeur de Mines ParisTech depuis octobre 2016.

Dernière modification le vendredi, 24 août 2018 14:37
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jg.canuet@mesures.com - 01.53.90.17.03
  • Codeur à câble compact et robuste Codeur à câble compact et robuste
    
Le nouveau SG121 de Siko est un codeur à câble qui convient aux applications en milieux difficiles (-40 et +80 °C, résistance aux chocs de 500 g [11 ms] et aux vibrations
 de 100 g [5 à 150 Hz]). Ce nouveau codeur s'adresse notamment aux fabricants de machines.

    Lire la suite >
  • Capteur 3D laser
 Capteur 3D laser

    SmartRay a annoncé un nouveau modèle de capteur 3D laser, l’ECCO 95.200. Conçu pour les applications à grand champ de vision, il convient notamment à des applications d'inspection.

    Lire la suite >
  • Logiciel de détection de défauts de surface
 Logiciel de détection de défauts de surface

    Ametek Surface Vision propose une nouvelle version de son logiciel d'inspection de surface SmartView. Elle comprend de nouvelles fonctions et une nouvelle interface utilisateur plus intuitive

.
    Lire la suite >
TPM
Total Productive Maintenance, ou maintenance productive totale. La TPM est une méthode d'organisation qui a pour but d'assurer une productivité maximale des équipements sur toute leur durée de vie. Elle regroupe l’ensemble des actions qui visent au zéro panne, zéro déchet, zéro accident et qui concourent à la qualité des produits fabriqués. Tous les acteurs de la production doivent être impliqués. En particulier, l’équipement doit être pris en charge par son utilisateur (l’opérateur de fabrication) : c’est en effet lui qui est le mieux placé pour le vérifier tous les jours. Il peut aussi réaliser quelques opérations de maintenance simples, comme par exemple reserrer un joint ou un écrou…