Le CFM organise une journée sur les états de surface

Rédigé par  vendredi, 10 mai 2019 12:37

Cette journée technique a pour objectif de rappeler les bases de la mesure des états de surfaces et les aspects normatifs

En partenariat avec le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), le Collège français de métrologie (CFM) organise, le 5 juin 2019 à Paris, une journée technique sur le thème « Mesure des états de surface : un monde en évolution ». Cette mesure connaît en effet un changement de paradigme (1D à 2D), permis notamment par la démocratisation des mesures sans contact.

Cette mesure est essentielle pour garantir le fonctionnement de la plupart des pièces mécaniques. Spécifier les dimensions ne suffit pas à assurer leur fonction et leurs performances. Il faut également tenir compte de leur état de surface, et en particulier de la rugosité qui a un impact sur les propriétés fonctionnelles d’adhésion, de lubrification, de serrage, ainsi que sur les propriétés esthétiques d’aspect, de brillance, etc.

Cette journée a pour objectif de rappeler les bases de la mesure des états de surfaces et les aspects normatifs, présentations faites par Bertrand Leroy, ISO-GPS Standard and Surface Texture Expert chez PSA Groupe et président de la Commission normalisation française des états de surface, et Yanmin Chen, ingénieur au Cetim.

La journée se poursuivra ensuite par des présentations sur les technologies par contact et sans contact, sur l’offre d’instruments existante et leur contexte d’utilisation selon les cas – avec les fabricants Alicona, Bruker, Mahr et Stil Sensors – , ainsi que sur une nouvelle technologie de mesure par contact gel – avec le Cetim.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

23/09/2020 - 24/09/2020
Microwave & RF
23/09/2020 - 24/09/2020
IoT World + MtoM Embedded
29/09/2020 - 01/10/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
29/09/2020 - 01/10/2020
Sepem Industrie Avignon/Forum de l'électronique
07/10/2020 - 08/10/2020
LH PétroChimie
07/10/2020 - 08/10/2020
Forum Labo
14/10/2020 - 15/10/2020
Mesures Solutions Expo
17/11/2020 - 18/11/2020
BE 4.0 Industries du futur
17/11/2020 - 19/11/2020
Sepem Industries Colmar
07/12/2020 - 11/12/2020
Wire &Tube

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Caméra thermique connectée au cloud Caméra thermique connectée au cloud
    Pour la maintenance industrielle et des bâtiments, Flir Systems a développé la caméra thermique C5, le premier modèle doté de la solution basée sur le cloud Ignite. En facilitant encore un peu plus le partage des données, via le Wi-Fi, la caméra permet de réduire le temps des interventions.
    Lire la suite >
  • Logiciel d’étalonnage SaaS Logiciel d’étalonnage SaaS
    La dernière version de Logical de Beamex dispose de nouvelles fonctionnalités pour la gestion des comptes et des utilisateurs, la création de la structure de l'usine et des calibrateurs, la gestion des références et le stockage des résultats.
    Lire la suite >
  • Oscilloscopes numériques 70 à 200 MHz Oscilloscopes numériques 70 à 200 MHz
    Les oscilloscopes numériques d’entrée de gamme TBS2000B sont les successeurs de ceux de la série TBS2000 de Tektronix. Un modèle de bande passante de 200 MHz est désormais disponible, en plus des modèles 70 et 100 MHz.
    Lire la suite >
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.