Produits

Advantech a introduit l'UNO-1372GH, un PC embarqué pour les applications dans les industries pétrolières et gazières.

Publié dans PC embarqués
jeudi, 19 avril 2018 11:52

Tapis sensible de sécurité

Le tapis sensible de sécurité PSENmat de Pilz permet de surveiller une surface et agit comme un bouton-poussoir virtuel. Il est donc utile à des applications comme la surveillance d'accès.

Publié dans Modules - Composants
jeudi, 19 avril 2018 11:51

Logiciel d’acquisition de données

Mettler-Toledo a conçu le logiciel d’acquisition de données et de visualisation Collect+. Les tendances de process et les indicateurs clés de performances y sont représentés graphiquement, afin de permettre de prendre des décisions économiques éclairées.

Publié dans Mesure physique
jeudi, 19 avril 2018 11:50

Commutateur Ethernet compatible PoE

Le commutateur FSD-1008HP de Planet est pourvu de la technologie d'alimentation via Ethernet (PoE), jusqu'à 120 watts au total.

Publié dans Réseaux
mardi, 17 avril 2018 10:56

Capteur à fil tendu

Le nouveau capteur à fil tendu wireSensor WPS-MK88 U45R de Micro-Epsilon permet de mesurer le déplacement, le décalage et la position des composants de machines mobiles.

Publié dans Mesure mécanique
mardi, 17 avril 2018 10:55

Systèmes d’entrées/sorties

Les systèmes DIO-1616LN, qu'a introduit Contec, permettent d'ajouter, aux PC compacts, des entrées/sorties pour des signaux.

Honeywell Analytics a développé le Sensepoint XRL, un détecteur de gaz à poste fixe doté d’une interface Bluetooth 4.0. Il a été conçu pour assurer la sécurité des opérations industrielles tout en rendant la configuration, la maintenance et l’obtention des rapports de conformité plus rapides et plus faciles.

Publié dans Analyse industrielle
mardi, 17 avril 2018 10:53

PC embarqué pour véhicules

Le PC modulaire tBOX500-510-FL d'Axiomtek est conçu pour les applications embarquées dans les véhicules.

Publié dans PC embarqués

L’analyseur XRF portable Niton XL5 de Thermo Scientific dispose désormais des modes minier et sol, qui étendent les fonctionnalités supplémentaires et les applications.

Publié dans Mesure physique
mercredi, 11 avril 2018 11:14

Platines de positionnement linéaire

Les platines de positionnement linéaire à vis et à billes de la série ATX d'Aerotech conjuguent les performances d ́un positionneur à guides à rouleaux croisés avec la simplicité d ́un mécanisme d'entraînement par vis à billes.

Publié dans Modules - Composants
Page 1 sur 748

logo_80ans

24/04/2018 - 27/04/2018
Control
16/05/2018 - 18/05/2018
CEM 2018
16/05/2018 - 16/05/2018
Journée technique du CFM
29/05/2018 - 31/05/2018
Préventica
30/05/2018 - 31/05/2018
Enova Toulouse
05/06/2018 - 07/06/2018
Sepem Colmar
06/06/2018 - 07/06/2018
Expo Biogaz

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
6 sigma
Six Sigma (6s) est un ensemble de stratégies, méthodes, outils de calculs statistiques, etc. qui permettent d’améliorer un processus, qu’il s’agisse d’un processus de conception, d’un processus de production, d’un processus commercial, etc. Une démarche Six Sigma peut être appliquée aux processus les plus élémentaires, comme par exemple le processus d’insertion de la notice à l’intérieur de l’emballage d’un médicament. Le but d’un projet Six Sigma est d’éliminer les causes de défauts. Pour le mettre en place, il est donc judicieux de commencer par les processus qui génèrent le plus de problèmes.
L’origine de la méthode Six Sigma remonte à 1985 : à cette époque, Motorola Semiconductors avait avancé l’argument qu’elle visait un objectif de Six Sigma pour la fabrication de composants électroniques. Sigma désigne l’écart type d’un processus (voir définition de écart type). Dans toute production, on se fixe des limites de tolérance haute et basse. Un processus 'un sigma' (1s), ça signifie que 68,26 % des pièces produites se trouvent à l’intérieur des limites de tolérance. Pour un processus 'deux sigma' (2s), ce pourcentage monte à 95,46 %. Et ainsi de suite. Un processus Six Sigma (6s) signifie que 99,999998 % des pièces produites sont à l’intérieur des limites de tolérance, c’est-à-dire qu’il y a moins d’une pièce défectueuse sur 50 millions. Du moins en théorie. En fait, en pratique, le taux de défaut retenu pour un processus Six Sigma est de 3,4 ppm (3,4 pièces défectueuses sur un million). Ce chiffre ne doit rien au hasard. On part du principe que le process Six Sigma n’est pas forcément centré par rapport aux limites de tolérances. On s’autorise un écart de ±1,5s par rapport au centre et les calculs permettent alors d’arriver à un taux de 3,4 ppm.
Cela dit, la plupart des processus actuels relèvent plutôt du 3s, voire 3,5s. Mais c’est parfois beaucoup plus : pour ses moteurs d’avions, General Electric parle d’un objectif de 20s !