Produits
mercredi, 18 mars 2020 17:04

Feu encastrable à Led


Le nouveau feu multicolore encastrable à Led de la série 240 de Werma permet de signaler plusieurs états avec un seul appareil.


Publié dans Modules - Composants
mercredi, 18 mars 2020 17:03

Moteurs plats pour entraînements


Les nouveaux moteurs brushless plats BLW de Delta Line visent à répondre aux besoins croissants de miniaturisation dans les solutions d'entraînements industriels.


Publié dans Modules - Composants
mercredi, 18 mars 2020 17:02

Clé dynamométrique


Traxx actualise sa clé de serrage TRAXX avec le modèle 2019, permettant à la fois de serrer et de mesurer la force de serrage d’une vis ou d’un boulon.


Publié dans Mesure mécanique

Keysight Technologies a réussi la validation 3GPP du premier scénario de test de conformité RF pour les communications de véhicule à tout cellulaires (C-V2X). Ce faisant, les industriels du secteur automobile peuvent désormais accélérer la commercialisation des voitures connectées et des véhicules autonomes.

mercredi, 11 mars 2020 12:13

Borne de pesage en libre-service

La GST4, introduite par Giropes, est une borne de pesage en libre-service, disponible en acier peint ou acier inoxydable, avec visière intégrée en série.

Publié dans Mesure physique
mercredi, 11 mars 2020 12:12

Module PC robuste


ADlink Technology a sorti le module informatique HPERC-KBL. Cette plateforme robuste et puissante répond aux besoins des secteurs de la Défense et de l’aérospatial.


Publié dans PC embarqués
mercredi, 11 mars 2020 12:10

Imprimante 3D


Ultimaker étend sa famille de produits de la ligne S avec l’Ultimaker S3. Cette imprimante 3D s'adapte à n'importe quel environnement de travail.

Publié dans Modules - Composants
mercredi, 11 mars 2020 12:09

Capteur de proximité compact


Le dernier capteur de proximité de Vishay, le VCNL3040, combine un émetteur infrarouge et des photodétecteurs de proximité dans un boîtier compact et plat.

Publié dans Modules - Composants

Le nouveau module Conprosys CPSL-08P1EN de Contec fait office de passerelle entre IO-Link et le cœur d'un réseau Ethernet industriel.


Publié dans Réseaux
mercredi, 11 mars 2020 12:07

Batterie pour détecteurs de gaz

La nouvelle batterie Wi-Fi VTSB-A01 d’Industrial Scientific transmet instantanément les données des détecteurs de gaz Ventis Pro5 au logiciel iNet Now, permettant ainsi une surveillance en temps réel à partir de l’infrastructure existante.

Publié dans Analyse industrielle

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
6 sigma
Six Sigma (6s) est un ensemble de stratégies, méthodes, outils de calculs statistiques, etc. qui permettent d’améliorer un processus, qu’il s’agisse d’un processus de conception, d’un processus de production, d’un processus commercial, etc. Une démarche Six Sigma peut être appliquée aux processus les plus élémentaires, comme par exemple le processus d’insertion de la notice à l’intérieur de l’emballage d’un médicament. Le but d’un projet Six Sigma est d’éliminer les causes de défauts. Pour le mettre en place, il est donc judicieux de commencer par les processus qui génèrent le plus de problèmes.
L’origine de la méthode Six Sigma remonte à 1985 : à cette époque, Motorola Semiconductors avait avancé l’argument qu’elle visait un objectif de Six Sigma pour la fabrication de composants électroniques. Sigma désigne l’écart type d’un processus (voir définition de écart type). Dans toute production, on se fixe des limites de tolérance haute et basse. Un processus 'un sigma' (1s), ça signifie que 68,26 % des pièces produites se trouvent à l’intérieur des limites de tolérance. Pour un processus 'deux sigma' (2s), ce pourcentage monte à 95,46 %. Et ainsi de suite. Un processus Six Sigma (6s) signifie que 99,999998 % des pièces produites sont à l’intérieur des limites de tolérance, c’est-à-dire qu’il y a moins d’une pièce défectueuse sur 50 millions. Du moins en théorie. En fait, en pratique, le taux de défaut retenu pour un processus Six Sigma est de 3,4 ppm (3,4 pièces défectueuses sur un million). Ce chiffre ne doit rien au hasard. On part du principe que le process Six Sigma n’est pas forcément centré par rapport aux limites de tolérances. On s’autorise un écart de ±1,5s par rapport au centre et les calculs permettent alors d’arriver à un taux de 3,4 ppm.
Cela dit, la plupart des processus actuels relèvent plutôt du 3s, voire 3,5s. Mais c’est parfois beaucoup plus : pour ses moteurs d’avions, General Electric parle d’un objectif de 20s !