HGH Systèmes Infrarouges accueille un nouveau directeur

Rédigé par  vendredi, 05 avril 2019 15:22

Laurent Fullana est nommé directeur général pour accompagner le développement à l’international de ce spécialiste français de l’optoélectronique dans lequel le fonds américain Carlyle vient de prendre une participation majoritaire.

Le français HGH Sytèmes Infrarouges, qui développe des systèmes optoélectroniques pour des applications industrielles civiles, de défense et de sécurité, vient de nommer son nouveau directeur général en la personne de Laurent Fullana, âgé de 54 ans. Cette nomination intervient suite à la prise de participation majoritaire en septembre dernier par le groupe américain Carlyle via son fonds d’investissement Carlyle Europe Technology Partners, décision stratégique visant à renforcer l’expansion internationale de HGH propulsé par une croissance à deux chiffres ces dernières années.

M. Fullana prend ses fonctions aux côtés de Thierry Campos, président depuis 2002 de cette entreprise familiale créée en 1982 et basée à Igny (Essonne). Le nouveau directeur a pour mission de superviser les aspects commerciaux et la mise en place d’outils et de processus pour accompagner le développement de la société au niveau mondial dans les secteurs de la sécurité, de la défense, de l’énergie, du pétrole et du gaz.

Diplômé de l’ESPCI et de l’Ecole Centrale Paris, et titulaire d’un MBA de l’université américaine de Columbia, Laurent Fullana s’est forgé une solide expérience dans l’industrie optoélectronique, remplissant des fonctions de direction en France et à l’international, « notamment aux Etats-Unis, pays stratégique pour HGH », rappelle Cyril Bourdarot, codirigeant de Carlyle Europe Technology Partners. Avant de rejoindre HGH, M. Fullana était directeur général de Sofradir, une filiale commune de Safran et Thales, spécialisée dans les détecteurs infrarouges haute performance.

Dernière modification le vendredi, 05 avril 2019 15:22
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

24/09/2019 - 26/09/2019
CIM 2019
24/09/2019 - 26/09/2019
Forum de l'électronique
24/09/2019 - 26/09/2019
Measurement World
08/10/2019 - 10/10/2019
Sepem Industries Angers
10/10/2019 - 10/10/2019
Journée technique du CFM

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
API

Ce sigle a deux sens, l’un qui s’applique à l’univers des automatismes, l’autre à l’univers de l’informatique.

  • Automate Programmable Industriel. Les API sont des ordinateurs dédiés aux applications d’automatismes. A la différence des ordinateurs de bureau, il n’y a ici ni clavier ni écran (du moins pour les API classiques). Il y a par contre un grand nombre d’entrées/sorties (sur lesquelles sont raccordés les capteurs et actionneurs). Autre différence importante, la programmation se fait avec des langages spéciaux conçus pour les automaticiens (décrits dans la norme IEC 1131.3).
    On le voit, cela n’a pas grand-chose à voir avec un automate au sens commun du terme. Une autre définition avait été proposée par des professionnels (“Contrôleur logique programmable”) mais elle n’a pas eu de succès.
    Le correspondant anglais de API est PLC (Programmable Logic Controller). 
  • Application Programming Interface, interface de programmation d’applications. A l’origine, une API (ou un jeu d’API) est une couche logicielle au travers de laquelle une application peut accéder de façon standardisée aux ressources d’un système, sans qu’elle en connaisse les détails internes. Elle est donc utilisée par les développeurs d’applications et implantée sous une forme concrète sous la forme d’appels système, de fonctions C ou, sous Windows, de DLL (Dynamic Link Libraries). Mais aujourd’hui, le concept d’API s’est généralisé à tout type d’interface logicielle plus ou moins standard : API de système d’exploitation, API pour couches d’accès au réseau, API entre deux entités logicielles distantes, etc. (Définition Electronique International Hebdo)