Delair-Tech et Microdrones s’associent dans le domaine du drone industriel

Rédigé par  jeudi, 22 décembre 2016 15:42

Cette alliance permet d’offrir aux clients une gamme très complète de solutions de drones et de traitement d’images aériennes, et table également sur un gain de rentabilité en collaborant au niveau de la production et de la R&D.

La jeune société toulousaine Delair-Tech et l’allemand Microdrones viennent de conclure un accord de partenariat stratégique, visant à proposer aux clients une gamme complète de drones industriels à voilure fixe ou tournante, fournie par un interlocuteur unique. L’offre des deux associés complémentaires est ainsi constituée, d’une part, des compétences de Delair-Tech en opérations de vol longue distance hors de portée de vue de l’opérateur (BVLOS), auxquelles s’ajoute le traitement de données aériennes. Le toulousain vient d’ailleurs de se renforcer dans ce domaine avec le rachat récent de Gatewing, spécialisé en photogrammétrie d’images acquises en vol. Microdrones apporte d’autre part, ses solutions de drones multirotor, largement reconnues pour la surveillance, la cartographie, l’agriculture de précision et la recherche.

Dans le cadre de cette nouvelle alliance, Delair-Tech et Microdrones cherchent également à optimiser les performances et à réduire les coûts de leurs produits, au travers de la mise en commun de leurs installations de production et de leur collaboration en matière de R&D. Une feuille de route a d’ores et déjà été établie, comprenant des combinaisons intelligentes de charges utiles et de capteurs, le développement d’une station de commande au sol compatible avec l’ensemble de la gamme, et l’intégration des capacités BVLOS sur des drones multirotor.

On notera que les deux sociétés assureront la vente de leurs nouvelles solutions via leurs réseaux de distribution respectifs, sachant qu’elles sont présentes dans de nombreux pays du globe.

Dernière modification le jeudi, 22 décembre 2016 15:42
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.