Agilent prend le contrôle de Acqiris

Le 20/11/2006 à 0:00  
default-image-3077

Agilent Technologies vient de prendre le contrôle du Suisse Acqiris. La société est certes modeste (une soixantaine de personnes seulement) mais elle jouit d’une certaine notoriété dans les cartes de numérisation et d’analyse du signal à très hautes performances (travaillant à plusieurs gigahertz) aux formats PCI, CompactPCI et PXI. La société propose également des systèmes d’acquisition de données modulaires, conçus autour de ses cartes.
On rappellera que Acqiris a été créé en 1998 par des ingénieurs qui travaillaient au centre de recherche et développement de LeCroy, en Suisse. Ceux-ci n’avaient pas souhaité rester chez le constructeur d’oscilloscopes lorsque celui-ci a pris la décision de fermer son centre R&D de Genève. Dans le communiqué annonçant le rachat, Agilent indique “All 60 Acqiris employees are expected to join Agilent”. Sans doute aura-t-elle retenu la leçon…
Maintenant, reste à savoir ce qui, dans Acqiris, intéresse plus particulièrement Agilent. De toute évidence, ce n’est pas le chiffre d’affaires de la société ni sans doute l’introduction de Acqiris dans le domaine scientifique. Ce n’est sans doute pas non plus les systèmes d’acquisition, même si ces systèmes portables ont de quoi séduire. Alors, les cartes, peut-être. Depuis le désinvestissement dans le VXI en 2003, Agilent Technologies ferait un retour dans l’instrumentation sur cartes. Proposera-t-elle les cartes au format PXI, un standard en plein essor, ce qui la ferait entrer en concurrence frontale avec National Instruments, le leader dans ce domaine ? Ça reste à prouver, compte tenu que Agilent a jeté beaucoup de forces dans la bataille du LXI et de l’instrumentation synthétique, présentés comme une continuation de l’instrumentation GPIB mais aussi une réponse à la montée en puissance du PXI. En venant au PXI, elle viendrait troubler son message. Et de toute façon, si la société avait voulu faire du PXI, elle n’avait pas besoin d’Acqiris pour cela…
Et si au final, c’était tout simplement la technologie Acqiris qui intéresse Agilent ? Les cartes haut de gamme, moyennant quelques adaptations, peuvent sans doute devenir des instruments synthétiques. D’autre part, la société suisse a développé un ensemble de composants spécialisés dans la conversion analogique numérique à haute résolution et très rapides. C’est là que se situe le principal savoir faire de la société. Il y a quelques mois, celle-ci émettait le souhait de voir ses composants adoptés par les développeurs de cartes d’acquisition et rêvait de voir fleurir des “Acqiris Inside”. Peut-être ce rêve est-il en train de se réaliser ! (Novembre 2006)

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap