Courants porteurs hauts débits dans la région parisienne : du rififi sur la ligne…

Le 05/03/2007 à 0:00  
default-image-3077

Nous vous l’avons déjà rapporté, il y a un gros projet de déploiement de l’Ethernet haut débit par CPL (jusqu’à 200 Mbit/s) sur 86 communes de la région parisienne. Les courants porteurs en ligne (CPL), rappelons-le, consistent à utiliser le réseau électrique pour transmettre les informations numériques. Cette technologie a un potentiel dans certaines installations industrielles, encore faudrait-il avoir de solides retours d’expérience de réalisations faites ailleurs.
Hélas, l’opération projetée en région parisienne a du plomb dans l’aile. Le SIPPEREC (Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour l'Électricité et les Réseaux de Communication) a en effet annoncé le 25 janvier dernier l’attribution d’une délégation de service public concurrente, portant sur la technologie fibre optique, et subventionnée par la collectivité à hauteur de 3,3 millions d’euros (alors que la délégation de service public CPL ne bénéficie pas de ce traitement de faveur). Mecelec, qui avait été choisi comme maître d’œuvre pour déployer et commercialiser l’offre CPL, considère que la nouvelle annonce du Sipperec est “gravement perturbatrice” et a décidé d’annuler l’opération de souscription  qu’elle avait lancée auprès d’opérateurs de détail chargés de proposer ses services CPL auprès des clients finals (26 sociétés avaient annoncé leur intérêt pour l’opération).
Cette annulation est aussi un coup dur pour Schneider Electric : Mecelec avait en effet retenu la solution de ILEVO (une filiale de Schneider Electric), basée sur la technologie DS2, qui est elle-même au cœur du projet de norme OPERA (Open PLC European Research Alliance), lequel sera par la suite intégré dans la norme IEEE1901 en cours de développement. (Mars 2007)

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap