Lecroy de retour sur le marché des générateurs arbitraires

Le 16/06/2010 à 0:00  
default-image-3077

Marque d’oscilloscopes reconnue, Lecroy veut désormais se faire un nom dans domaine des générateurs arbitraires où il fait son grand retour. « Nous disposions de ce type d’instruments dans notre catalogue. Mais cette gamme de produits a été arrêtée il y a 15 ans », indique Jean Laury, directeur commercial de la filiale française. Ce retour n’est évidemment pas fortuit. L’entreprise compte surfer sur la vague de croissance du marché des générateurs arbitraires qui a doublé entre 2002 et 2007 passant de 54 millions de dollars à 103 millions de dollars. Et cette croissance devrait se poursuivre puisque ce marché pourrait atteindre 122 millions de dollars en 2011. Les deux leaders du domaine, Tektronix et Agilent s’en partagent un peu plus de la moitié : respectivement 33 % et 26 % en 2007. Lecroy veut donc s’y faire une place au côté de ses traditionnels concurrents du domaine des oscilloscopes en lançant la gamme Arbstudio. La particularité de ces instruments : ce sont des modules sans face avant qui se connectent à un PC via leur liaison USB. Autre singularité : l’utilisateur choisit pour chacune des voies le mode de génération DDS ou AWG. La famille Arbstudio 1100 propose des modèles de deux ou quatre voies affichant une bande passante de 125 MHz, une cadence d’échantillonnage de 1 Géch./s, une résolution de 16 bits. Notons que les modules peuvent être dotés de 18 ou 36 canaux numériques pour la génération de pattern.
(08 juin 2010)

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap