Rachat de Symbol Technologies par Motorola : c'est officiel

Le 26/09/2006 à 0:00  
default-image-3077

L’informatique mobile et les télécoms viennent de signer un nouveau contrat de mariage : comme annoncé ici même la semaine dernière, Motorola vient de prendre le contrôle de Symbol Technologies. Le géant de la téléphonie mobile a déboursé 3,9 milliards de dollars pour arriver à ses fins, ce qui représente deux ans de chiffre d’affaires de Symbol Technologies (celui-ci s’est établi à 1,7 milliard de dollars en 2005).
A première vue, on ne voit pas en quoi Motorola peut être intéressé par un fabrication de lecteurs de codes à barres et RFID. Ce qu’il faut voir, c’est que Symbol Technologies ne se contente pas de faire des lecteurs pour les applications d’identification automatique. Elle a développé depuis maintenant pas mal d’années des infrastructures de communications sans fil pour supporter ses lecteurs, ainsi que des ordinateurs portables mobiles pour utilisation en ambiances difficiles. On se rapproche ici des compétences de Motorola, qui commercialise des équipements de communication RF pour tous les segments de marché et est déjà prêt pour les réseaux de la prochaine génération, 3G et WiMax.
A part quelques recouvrements dans les ordinateurs durcis, les deux sociétés sont très complémentaires. Symbol Technologies devrait être intégré dans la nouvelle division Réseaux et Entreprises de Motorola, qui représente un chiffre d’affaires de 11 milliards de dollars, soit 27 % du chiffre d’affaires de Motorola (tandis que la téléphonie mobile en représente 55 %).
Avec cette acquisition, Motorola devient un acteur majeur de l’informatique mobile en entreprise. Les analystes s’interrogent cependant sur l’intérêt que Motorola portera aux lecteurs de codes à barres et RFID de Symbol Technologies ; VDC estime qu’il n’est pas inconcevable que Motorola veuille se séparer de cette technologie. Mais le savoir-faire (matérialisé par des centaines de brevets) de Symbol Technologies dans le RFID peut intéresser Motorola, qui pourrait par exemple mettre des puces RFID à l’intérieur de ses futurs téléphones mobiles, afin de par exemple les transformer en terminaux de paiement ou de clé d’accès dans des immeubles. Bref, les paris sont ouverts. (Septembre 2006)

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap