Comment motoriser u ntéléphérique urbaintout en minimisant saconsommation

Le 20/12/2016 à 0:00  

B rest Métropole veut recentrer la ville sur les bords de la rivière Penfeld. Cette volonté passe notamment par la construction d'un téléphérique urbain innovant mis en service le 19 novembre dernier et dont le but consiste à renfor-cer les échanges entre les deux rives. D'une portée de 420 mètres, il permet de relier en trois minutes le centre-ville au nouveau quartier des Capucins, construit sur d'anciens terrains militaires d'une superficie de seize hectares. L'ouvrage, conçu selon la technique originale et innovante dite du «saut-de-mouton», est une première mondiale. Les deux cabines se croisent l'une au-dessus de l'autre, et non l'une à côté de l'autre comme dans un téléphérique classique, et arrivent sur le même quai. L'envergure du système et des stations, et donc l'emprise au sol, sont ainsi réduites avec pour conséquence un coût global du génie civil lui aussi abaissé. C'est un avantage particulièrement intéressant en milieu urbain où l'espace est limité. Cette approche innovante a permis la préservation du bâtiment de la station des Capucins, classé aux Monuments historiques. Traversant un unique pylône en acier, chaque cabine est accrochée à deux câbles porteurs de 50 millimètres de diamètre et tendus à 88 tonnes. Comme les deux cabines circulent simultanément sur la majorité du parcours, on évite ainsi l'effet de contrepoids généralement observé sur les installations de montagne.

Le cœur du système, l'entraînement des câbles de traction, est piloté par deux moteurs asynchrones Leroy-Somer IMfinity LC 315 de dernière génération avec refroidissement liquide, montés en maître-esclave sur le même arbre.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap