Le Cetim célèbre ses 50 ans tout au long de 2016

Le 01/04/2016 à 17:00  

C en'est pas tous les jours que l'on fête ses 50 ans, et encore moins lorsque l'on est un centre technique industriel (CTI). Ce sont les raisons qui ont amené le Centre technique des industries mécaniques (Cetim) a célébré tout au long de l'année 2016 son anniversaire, en organisant trois journées intitulées « Ouvrons les portes sur le futur », à Saint-Étienne (Loire) le 20 mai, à Senlis (Oise) le 3 juin, et à Nantes (Loire-Atlantique) le 17 juin. « Le Cetim a été créé en 1965 et il a toujours la même raison d'exister. Ces différents événements sont autant de signaux de la vitalité de ce quinquagénaire », affirme Philippe Choderlos de Laclos, directeur général du Cetim.

Le centre technique, c'est aujourd'hui plus de 1000 personnes, des activités s'élevant à un montant de 132 millions d'euros, 13 laboratoires communs et plates-formes pour la recherche, 18 délégations régionales, 2 filiales internationales, 4 centres associés et partenaires (Cetim-Cermat, Cetim-Certec, Laboratoire de recherche et de contrôle du caoutchouc et des plastiques [LRCCP] et Cetim-Ctdec). « Au quotidien, nous apportons une aide aux mécaniciens. 70 % d'entre eux font d'ailleurs appel au Cetim une fois tous les deux ans » , ajoute Philippe Choderlos de Laclos.

Mais remontons un peu le cours du temps et arrêtons-nous en 1965. Suite à la loi du 22 juillet 1948 fixant le statut juridique des Centres techniques industriels, les responsables de la Fédération des industries mécaniques et du travail des métaux (devenue entre-temps la FIM) décident en 1961 de se doter d'un centre technique pour mutualiser des moyens et des compétences technologiques sur la base d'un financement par taxe affectée. L'arrêté de création du Cetim est alors signé officiellement le 27 juillet 1965 par les ministres de l'industrie et des finances de l'époque. Le nouveau centre technique s'implante alors à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et sera transféré à Senlis en 1971.

DR Philippe Choderlos de Laclos, directeur général du Cetim : « Le Cetim a été créé en 1965 et il a toujours la même raison d'exister, à savoir accompagner les entreprises, en particulier les PME ».

L'établissement de Saint-Étienne est créé dès 1966, puis celui de Nantes l'année suivante. « Le choix de Saint-Étienne s'explique par la forte densité mécanicienne du département de la Loire, la volonté affirmée de la ville et du département, la perspective de création d'une université avec un 3 e cycle en mécanique et la présence de la société Hydromécanique et frottement (H&F). À Nantes, il s'agissait d'être en cohérence avec la volonté de la Datar de développer un tissu scientifique et industriel en région des Pays de la Loire », rappelle Emmanuel Vielliard, président du Conseil d'administration.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap