Le Congrès International De La Métrologie Cultive Sa Proximité Avec Les Industriels

Le 01/09/2013 à 17:00  

Thèmes des six tables rondes industrielles

Biologie médicale: maîtrise des analyses

Mesure et traçabilité dans l'agroalimentaire

Mesure pour les technologies économes en émission de carbone

Les exigences métrologiques des métiers à haute technologie

Les défis des nanotechnologies

Management du risque et conformité du produit

L e7octobre2013 s'ouvrira pour quatre jours la 16 e édition du Congrès international de métrologie (CIM), organisé par le Collège français de métrologie (CFM) avec le soutien d'Apave - A+ Métrologie et de Carl Zeiss, ainsi que des organismes nationaux et internationaux, des industriels et des universitaires. Pour la deuxième fois, l'événement phare de la communauté de la mesure se tiendra conjointement avec le salon MesurExpoVision (Enova), à Paris - Porte deVersailles. « Etape essentielle de toute démarche qualité, la mesure est un élément de prise de décision essentiel, vecteur de performance, de maîtrise du risque industriel et de crédibilité… Et c'est bien de tout cela dont il est question au cours de cet événement » ,rappelle Bernard Larquier, président du CIM et directeur de BEA Métrologie.

Le Congrès international de métrologie est en effet devenu un lieu d'échanges techniques unique en Europe, entre les utilisateurs industriels de moyens de mesure, les experts techniques, les organismes, les fabricants et prestataires de services. Près de 180 conférences orales et affichées seront présentées, abordant les grands domaines techniques (mécanique, température, forme et état de surface, débit, électricité…) et également les nouvelles préoccupations, comme les mesures dans les secteurs biologique et médical, l'environnement, les défis liés à l'énergie, aux nanotechnologies…

Pour la deuxième fois, les participants du Congrès international de métrologie pourront également visiter le salon MesurExpoVision (Enova Paris), et notamment le Village Métrologie qui regroupera 45 exposants.

APFoucha

« Les congressistes auront de nouveau l'occasion de participer à six tables rondes industrielles, mais, cette année, nous les avons ouvertes à des secteurs que l'on ne rencontrait pas auparavant, comme par exemple l'agroalimentaire. Nous nous sommes en effet rendu compte que la mesure est également très importante dans ces secteurs… même si elle n'est vue que d'un point réglementaire », explique Bernard Larquier. Une table ronde cible d'ailleurs trois secteurs en particulier (aéronautique, automobile et médical), où les erreurs peuvent engendrer des risques très élevés et où les exigences en termes de mesure sont plus fortes qu'ailleurs.

“La mesure au cœur de nos métiers”

« J'ai le sentiment que le secteur de la santé est de plus en plus présent pour des raisons de sécurité. La biologie médicale est actuellement en pleine évolution : on demande aux laboratoires d'analyses de se mettre en conformité par rapport à des exigences d'accréditation », poursuit-il. La proximité accrue avec les industriels, volonté affichée depuis plusieurs éditions par l'organisateur, ne doit pas se faire au détriment de la métrologie académique. Le Collège français de métrologie est en permanence en quête d'un mariage équilibré entre applications industrielles très intéressantes et travaux de recherche. « Pour la première fois cette année, des groupes de travail sur la caractérisation traçable des matériaux et la métrologie des hautes températures pour les applications industrielles vont se réunir, hors sessions, lors de l'événement », indique Bernard Larquier.

Parmi les autres nouveautés de l'édition 2013, citons l'organisation le lundi d'un préambule sur les métiers de la mesure et de la métrologie, intitulé “La mesure au cœur de nos métiers”. Ce sont des conférences, d'une durée totale de deux heures,destinées aux étudiants (BTS, IUT, universités, écoles d'ingénieurs…) afin de les sensibiliser aux débouchés des métiers de la mesure. « Il s'agit de montrer au travers de success stories l'intérêt de nos métiers et la demande que ces derniers suscitent de la part des entreprises. Ces postes ne sont pas mis en valeur, malgré les perspectives d'évolution qu'ils offrent, et nous sommes confrontés à un manque de personnes à recruter », insiste Bernard Larquier.

En termes de fréquentation, l'organisateur espère faire mieux qu'il y a deux ans (800 personnes venant d'une cinquantaine de pays différents) et ainsi dépasser les 1000 participants. La tenue conjointe du Congrès international de métrologie et du salon MesurExpoVision, qui accueille le Village Métrologie, soit 45 exposants, n'y sera certainement pas étrangère. Sans compter les trois visites techniques d'entreprises au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies renouvelables (CEA) de Fontenay, au Laboratoire national d'essais et de métrologie (LNE) deTrappes et chez PSA Peugeot Citroën.