Les traces de SO2 sont analysées même dans les gaz humides

Le 01/04/2016 à 17:00  
default-image-3103

A l'occasion du salon Analyse industrielle, le français AP2E a dévoilé un nouveau modèle de sa famille d'analyseurs de gaz ProCeas, destiné cette fois à la mesure des traces de SO2 dans les gaz humides. « Notre technologie Ofceas continue d'évoluer, notamment au niveau des lasers. Comme les lasers DFB et QCL présentent soit une longueur d'onde trop courte, soit un rendement assez faible et un coût très élevé,nous nous sommes tournés vers des Interband Cascade Lasers (ICL). Avec une longueur d'onde plus grande et un meilleur rendement, ces lasers permettent de couvrir des bandes spectrales mieux adaptées à l'analyse du SO2 », explique Pierre Cholat, président d'AP2E.

Le ProCeas SO2 affiche une étendue de mesure allant jusqu'à 10ppm et une limite de détection inférieure à 5ppb, soit une dynamique de l'ordre de 10 4 ,ainsi qu'un temps de réponse inférieur à 20s et aucune dérive du zéro. Avec des technologies FTIR et FTNIR, les utilisateurs sont confrontés à la limite de sen-sibilité et/ou à la présence d'interférences croisées avec le gaz.

L'analyse peut par ailleurs se faire directement dans un gaz humide, sans aucun traitement. « Auparavant, il fallait obligatoirement traiter le gaz dans de l ' eau, ce qui posait des problèmes importants : les opérations de traitement prenaient un certain temps, incompatible avec des mesures rapides, et une partie du SO2 était transformée », ajoute Pierre Cholat. La température et l'humidité relative maximales au niveau de l'échan-tillonnage (débit de 3 à 9l/ min) sont respectivement de +600°C et de 65% en volume en standard (au-delà sur demande).

Le ProCeas SO2 ,qui se présente sous la forme d'un rack 19 pouces 4U avec un écran couleur tactile 5,7 pouces (version murale ou Atex en option), des interfaces RS-232/485, ModBus et Ethernet, est destiné aux applications de mesure sur des bancs moteurs ou des cheminées.