Oldham renforce son offre avec des cellules à semi-conducteur

Le 01/04/2016 à 17:00  

L e fabricant Oldham, reconnu mondialement en détection de gaz fixe et balises de chantier vient de lancer la série de détecteurs de gaz à poste fixe OLCT 700/710. Bien que presque centenaire, la société, qui appartient aujourd'hui au groupe américain Tyco ( voir encadré ), proposait jusque-là une offre quasiment complète, mais pas totalement, en termes de technologies. « Pour la détection du sulfure d'hydrogène (H2 S),nous ne proposions que des cellules électrochimiques.Celles-ci sont destinées aux applications standard, car elles ne sont plus aussi performantes en présence d'un fort taux d'humidité relative, d'un air très sec ou d'une température inférieure à - 40 °C ou supérieure à +45°C », rappelle Michel Spellemaeker, directeur Produits international d'Oldham.

Avec la nouvelle série OLCT 700/710, le fabricant est désormais en mesure de pro-poser aussi des cellules à semi-conducteur pour la détection de H2 S. Cette famille haut de gamme est constituée de trois versions différentes: la version FP à filament catalytique pour les gaz explosibles (0 à 100 % LIE), la version IR (infrarouge) pour les gaz explosibles (0 à 100 % LIE ou 0-5% en volume de CO2 )et le CO2 ,etdonc la versionTP à semi-conducteur pour le H2 S. « Il s'agit en fait, à l'origine, d'un développement de Detcon, autre société appartenant à Tyco et pour qui les cellules à semi-conducteur sont un cheval de bataille (brevet et fabrication en interne). Nous avons en particulier travaillé sur la certification Atex, pour la commercialisation de cette série en Europe », explique Michel Spellemaeker.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap