Usine du futur: les fédérations du numérique, de la mécanique et de l'électricité se mobilisent

Le 01/05/2015 à 17:00  

C en'est ni plus ni moins un projet de reconquête industrielle qui vient de motiver la création d'une association dédiée à l'industrie du futur. Les initiateurs en sont la FIM, le Syntec Numérique, l'Afdel, le Symop, le Gimélec, l'UIMM, le CEA, le Cetim, l'Ensam et l'Institut Mines-Télécom.

Ce projet fédère donc les industries numériques, mécaniques, électriques, le monde des services, le monde éducatif et celui de la recherche technologique. Leur objectif est de faciliter la modernisation et la numérisation des entreprises industrielles avec une démarche ciblée, notamment à destination des PME, afin de rendre leur organisation globale et leur outil de production plus performants. Les nouveaux systèmes industriels intègrent les dernières technologies de production (composites, fabrication additive, robotique avancée, virtualisation…), l'intégration forte du numérique (« cloud », Big Data, objets connectés…), l'économie des ressources naturelles, le partage des fonctions de conception et la forte revalorisation de la place de l'homme dans l'usine de demain, relèvent les créateurs de cette nouvelle association. Si la France dispose d'indéniables atouts pour jouer un rôle majeur dans cette révolution industrielle, elle est confrontée à un véritable défi tant la concurrence mondiale est exacerbée.

L'objectif de cette initiative est de faciliter la modernisation et la numérisation des entreprises industrielles avec une démarche ciblée, notamment à destination des PME, afin de rendre leur outil de production et leur organisation globale plus performants.

DR

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap