Santé environnementale, nano-sécurité et risques sanitaires : l’Ineris est sur tous les fronts

Le 15/10/2013 à 0:00  
default-image-3077

En cet automne 2013, l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) multiplie les annonces dans les domaines de la santé environnementale, de la nano-sécurité et des risques sanitaires. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses) et l’Ineris ont en effet signé une convention de partenariat pour renforcer les liens établis depuis plusieurs années en matière de la prévention des risques en santé environnementale. Les principaux axes de coopération s’articulent autour de trois axes. Il s’agit du soutien des experts de l’Ineris aux comités dédiés à l’évaluation de risque (pesticides et substances chimiques, nanoparticules, radiofréquences) et gérés par l’Anses. Les deux autres axes portent sur l’expertise socio-économique dans le cadre de la réglementation européenne REACh et la contribution de la France à l’élaboration des guides pour l’évaluation des produits chimiques.
Dans le domaine de la nano-sécurité, l’Ineris vient d’élargir son offre en certification volontaire visant à assurer la sécurité des personnes intervenant sur des postes de travail « nanoparticules ». La démarche Nano-Cert MTD permet en effet de caractériser et de qualifier les meilleures technologies disponibles (MTD) de protection des personnes (équipements d’extraction de l’air, de filtration et de gestion de flux…) en présence de nano-objets. Suite à la parution de la circulaire du 9 août 2013 des ministères de l'Ecologie et de la Santé, l’Ineris a mis en ligne la nouvelle version du guide relatif à l’évaluation des risques sanitaires (ERS) dans les études d’impact des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE). Cette mise à jour du guide de 2003 décrit la nouvelle démarche d’évaluation en vue de la prévention et de la gestion des risques sanitaires des ICPE soumises à autorisation.
Rappelons enfin que, depuis le 1er juillet 2013, Sébastien Limousin (voir ci-contre) est le nouveau directeur général adjoint de l’Ineris. Ingénieur en chef des mines, il a été chef de division au sein de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) de la région Centre entre 2003 à 2006. Il a ensuite intégré l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en 2006 pour devenir directeur en charge des équipements sous pression nucléaires fin 2007. Sébastien Limosin a rejoint l’institut en septembre 2010 en qualité de directeur de la valorisation et du marketing et, deux ans plus tard, il devenait directeur des services aux entreprises et de la certification.
14 octobre 2013

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap