Les SNCC se mettent au PAS

Le 01/05/2015 à 14:00  

B aptisés Distributed Control System (DCS) en anglais, les Systèmes numériques de contrôle-commande (SNCC) ne défraient pas la chronique. Normal: ils sont sûrs, fiables, robustes et complets… Depuis les années 1970, ces systèmes élaborés, intégrés, maintenus et souvent déployés par des constructeurs eux-mêmes comme, entre autres,ABB, Bosch Rexroth, Emerson, Honeywell, Schneider Electric grâce à l'acquisition récentes d'Invensys (marques Foxboro, Triconex et Wonderware), Siemens ou Yokogawa,se sont illustrés dans les industries à processus continu. Lesquels ne peuvent souffrir aucune interruption de service. On pense ainsi à la chimie, la pétrochimie, la cimenterie, la fonderie de métaux ou de verre, la production d'eau ou d'électricité… En toute discrétion, leurs formidables qualités technologiques les ont amenés à être considérés comme le «top» en matière de contrôle-commande industriel.Bref,dans un monde où tout va bien, pourquoi parle-t-on aujourd'hui des SNCC? Leur leadership se fissure-t-il?

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap