Suez développe son expertise sur les odeurs

Le 06/03/2006 à 0:00  
default-image-3077

Suez ne s’intéresse pas qu’à son rapprochement avec Gaz de France. Le groupe spécialiste des services liés à l’eau et aux déchets a décidé aussi de s’attaquer aux nuisances olfactives de ses stations d’épuration et de ses centres de traitement des déchets. Depuis plus de deux ans, il a mis au point Nose, un programme destiné à répondre aux plaintes des riverains. Ce programme lie une approche technique de mesure et de modélisation des odeurs, à une approche humaine qui permet de prendre en compte la manière dont l’empreinte olfactive est perçue. Pour cela, des jurys de riverains sont créés autour des installations sensibles, mais aussi au moment de la construction de nouvelles stations d’épuration. Chaque membre du jury doit remplir un questionnaire quotidien sur les différents types d’odeurs perçues (rance, pourri, etc.) et sur leur intensité. Ensuite, les résultats sont confrontés à ceux des modèles des émissions. Responsabiliser les riverains fait partie aussi de ce nouveau concept que Suez souhaite étendre le plus largement possible. Sur les 3 000 installations de Suez en France, environ 30 à 40 jurys de riverains ont déjà été formés. (Mars 2006)

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap