Un consortium pour standardiser le calcul numérique

Le 22/11/2005 à 0:00  
default-image-3077

L'Inria, représentant Scilab, s'allie au canadien Maplesoft et aux américains National Instruments et Mathsoft (respectivement éditeurs des logiciels Maple, Labview et Mathcad) pour créer le Numerical Mathematics Consortium (NMC). Ce consortium, qui a vu le jour le 9 août dernier à Austin (Texas) et a été présenté officiellement la semaine dernière à la presse française, se donne pour objectif de standardiser la sémantique du calcul numérique afin d'assurer l'interopérabilité des principaux logiciels du domaine entre plate-formes et applications.
D’un logiciel à l’autre, les fonctions mathématiques ne sont en effet pas désignées de la même façon, et lorsque l’on fait une importation d’une fonction, il faut s’assurer ce que recouvre exactement la fonction. Pour une FFT, par exemple, il faut préciser combien d'éléments elle doit retourner, si elle porte sur un scalaire, un vecteur ou une matrice, si dans le cas d'un complexe on doit l'appliquer à sa partie réelle seulement ou à sa partie reéelle et sa partie imaginaire, etc. 20 grandes classes de fonctions onté été identifiées, représentant plus de 400 fonctions de base. Le consortium NMC va s’efforcer de normaliser tout ça, pour éviter toutes les ambiguïtés et interprétations.
Ceci étant, tant que l’utilisateur restera à l’intérieur de son logiciel préféré, il n’y aura rien de changé. Du moins dans un premier temps. Parce que si les nouvelles sémantiques adoptées pour désigner les fonctions connaissent le succès, il est probable qu’elles seront adoptées par les différents éditeurs des logiciels.
Le consortium adopte une démarche très pragmatique. Dans un premier temps, il démarre avec un “noyau dur” de sociétés ayant une certaine complicité pour faire avancer rapidement les choses. Mais sa mission est de fédérer un maximum d’éditeurs de logiciels scientifiques et industriels, avec l’espoir que Mathworks, le principal d’entre eux (éditeur des célèbres Matalb et Simulink) vienne apporter sa pierre à l’édifice.
L'Inria sera ainsi en première ligne pour contribuer à la définition de la prochaine génération de mathématiques numériques. Sa mission est d'animer et de promouvoir le NMC en Europe, un consortium ouvert à participation sur le mode du W3C. (Novembre 2005)

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap