Automatismes : le boîtier CompactPCI combine mesure et contrôle

Le 06/07/2010 à 20:41  

Le constructeur allemand Addi-Data lance une version CompactPCI de son contrôleur d’automatismes programmable. Installée dans une machine ou sur une chaîne de production, la MSX-Box-CPCI prend en charge l’acquisition des données, mais aussi leur traitement en temps réel. Le tout dans un boîtier résistant aux chocs et aux vibrations.

La MSX-Box-CPCI appartient à cette nouvelle génération de contrôleurs d’automatismes programmables dits PAC (Programmable Automation Controller). Ces systèmes allient des capacités de traitement avancé à des fonctions d’acquisition de données temps réel. Addi-Data propose déjà depuis 2002 une version PCI de sa MSX-Box. Il lance aujourd’hui une variante CompactPCI « pour profiter de la robustesse et de la pérennité de ce format, bien sûr, mais aussi pour gagner en interopérabilité, indique René Olhmann, directeur de la société allemande. Notre précédent modèle de MSX-Box était certes renforcé mécaniquement et électriquement, mais cette version CompactPCI a l’avantage d’accepter des cartes standard. Désormais, nos clients qui le souhaitent peuvent donc intégrer au châssis des cartes d’entrées/sorties d’autres constructeurs. »
La MSX-Box au format Compact-PCI affiche donc une plus grande capacité d’“ouverture” que son aînée tant du point de vue du logiciel que du matériel. En effet, Addi-Data a fait le choix d’embarquer dans son boîtier uniquement des logiciels gratuits et libre de droit (Open Source). Les utilisateurs peuvent donc personnaliser la MSX-Box-CPCI. « Nos clients industriels ne veulent plus qu’on leur livre des boîtes noires, commente René Ohlmann. Ils souhaitent comprendre et connaître ce qui est au cœur de leurs équipements pour les maintenir sur le long terme ».
Un système ouvert
et Open Source
Ainsi, le système d’exploitation est un Linux (Linux RTAI version 2.4.27, pour être précis) qu’Addi-Data a modifié pour pouvoir réaliser des calculs mathématiques en mode “kernel” (directement depuis le noyau). « Les performances sont au rendez-vous,  assure René Ohlmann, puisqu’on peut descendre jusqu’à des temps de cycle de l’ordre de 200 ms pour des applications du type : scrutation de 48 entrées 16 bits, traitement FFT puis écriture sur 24 sorties 16 bits. Signalons à ce propos que la MSX-Box-CPCI propose un utilitaire pour estimer les temps de cycle en fonction des opérations à effectuer ».
Un outil de développement original
La MSX-Box-CPCI est livrée avec un environnement de développement gratuit baptisé “Live DVD”. Il s’agit d’un DVD bootable, spécialement prévu pour la compilation des programmes et leur transfert vers la carte processeur. Concrètement, il suffit de lancer un PC avec le Live DVD dans le lecteur : apparaît alors un environnement Linux préconfiguré, avec entre autres un logiciel de développement, les documentations relatives à la programmation déterministe en C, des bibliothèques pour toutes les cartes d’entrées/sorties du catalogue d’Addi-Data, ainsi que Skylab, un logiciel libre pour effectuer le traitement mathématique sur les données.
La MSX-Box-CPCI peut être utilisée pour du contrôle en cours de production : installée en bordure d’une ligne de fabrication, elle effectuera du traitement “à la volée” (des analyses spectrales sur les pièces, par exemple), et en transmettra via Ethernet les résultats à une base de données. Mais sa résistance aux chocs et aux vibrations lui permet aussi d’être intégrée à une machine. Parmi les premières applications, on peut citer l’analyse vibratoire à l’intérieur des éoliennes, ou encore, dans le domaine de la chirurgie des yeux, le contrôle de la source laser des machines employées pour les opérations de la cornée. Pour ces fabricants de machines, les logiciels Open Source ne posent pas problème puisque s’ils souhaitent commercialiser un produit intégrant la MSX-Box-CPCI, il est possible de protéger la propriété intellectuelle liée au programme par un verrou de type “signature numérique”.
Avec ce produit, Addi-Data vise donc les applications d’acquisition, de traitement de données et de tests en tous genres. Les secteurs ciblés vont du marché de la machine-outil à celui de l’aéronautique, en passant par les transports, l’emballage, l’énergie, la chimie, l’horlogerie ou encore la micromécanique.

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap