Bruno Grandjean, nouveau président de l’Alliance pour l'Industrie du Futur

Le 17/07/2018 à 23:41  
Bruno Grandjean, actuel président de la FIM (Fédération des industries mécaniques), a été élu à la présidence de l’Alliance pour l’Industrie du Futur. Il succède ainsi à cette fonction à Philippe Darmayan, président d’Arcelor- Mittal France et vice-président de France Industrie. Avec ce changement, c’est un représentant des ETI industrielles françaises qui prend les rênes de l’AIF et succède à la gouvernance d’un dirigeant de grand groupe industriel.
 
Âgé de 54 ans, M. Grandjean est en effet président d’une entreprise de taille intermédiaire, le groupe Redex, basée à Ferrières-en-Gâtinais, dans le Loiret. Société d’ingénierie européenne présente dans les secteurs de la machine-outil, de la sidérurgie et de la métallurgie, Redex emploie plus de 400 salariés, réalise un chiffre d’affaires annuel de 70 millions d’euros (dont 80 % à l’export), possède deux usines en France et une en Allemagne, et dispose de 7 filiales à travers le monde.
 
Renouveau de l’industrie française
Fervent défenseur d’une industrie française fédérée, collective et forte à l’international, cet ingénieur de formation qui soutient de longue date l’action collective de l’industrie, ambitionne de faire de l’AIF un accélérateur dédié au renouveau de l’industrie française grâce à la révolution des nouvelles technologies de production et du numérique, ainsi qu’à de nouvelles pratiques de management et d’organisation du travail.
 
« L’AIF est au coeur du renouveau de l’industrie française dont les premiers signes sont un très fort rebond de l’investissement productif et l’augmentation des emplois industriels. Nous croyons à cette approche originale du travail de “pair à pair” entre entreprises, notamment PMI et ETI, pour redynamiser notre tissu industriel au sein des territoires. Combinée à une action sur les coûts de production et de revalorisation des métiers de l’industrie grâce à la French Fab, l’AIF est la réponse adaptée aux défis de la compétitivité de notre industrie et du redressement de la balance du commerce extérieur », précise M. Grandjean.
 
Créée en 2015 sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, autour de ses deux présidents d’honneur, Frédéric Sanchez, Pdg du groupe Fives, et Bernard Charlès, vice-président et DG de Dassault Systèmes, l’AIF a pour vocation d’éclairer les choix des entreprises en termes de technologies et de les sensibiliser aux opportunités offertes par les outils numériques pour leur transformation.
 
L’AIF est la réponse française aux initiatives prises dans plus de 20 pays à travers le monde pour moderniser leur industrie dans un contexte de révolution numérique et de remise en cause des filières traditionnelles. Depuis sa création, elle a labellisé « Vitrine industrie du futur » plus de 40 entreprises qui mettent en oeuvre des pratiques et des technologies innovantes au sein de leurs usines. Parmi ces sociétés, citons STMicroelectronics, SEW-Usocome, Magafor, Poclain, Baud Industries, Daher, Michelin, NTN-SNR, Bosch, etc.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap