CyboSoft lance un simulateur de process de pH

Le 21/04/2016 à 9:26

L’américain CyboSoft (groupe General Cybernation), spécialisé dans les technologies de contrôle (procédés, bâtiments, équipements), vient de dévoiler un logiciel de modélisation de process de pH et de simulation de contrôle en temps réel. Il s’agit du premier outil dans l’offre de logiciels d’usines virtuelles de l’éditeur destiné à aider les ingénieurs à mieux apprendre comment se comportent leurs procédés de pH. Un autre objectif du nouveau logiciel est de savoir comment contrôler d’une manière efficace des process extrêmement non linéaires, en accord avec les réglementations EPA en termes de rejets des eaux usées et pour économiser les réactifs chimiques.

« Nous entrons dans l'ère de la 4e révolution industrielle, où tout est censé être “intelligent”. Ironie du sort, environ 90 % des process industriels d’eaux usées sont toujours contrôlés par des commandes de type Arrêt/Marche, ce qui entraîne des déchets de réactifs chimiques, la corrosion des équipements et la pollution environnementale. Nos logiciels et solutions de contrôle permettent aux industriels d’améliorer les systèmes de contrôle et d’atteindre une meilleure sécurité et une meilleure qualité, ainsi que de réduire les coûts », explique Dr George Cheng, CEO de CyboSoft.

Basée sur la plate-forme LabView de l’américain National Instruments, le nouveau logiciel de CyboSoft intègre un diagramme du process de pH, différents modèles de pH (fortement acide/fortement basique, faiblement acide/fortement basique, fortement acide/faiblement basique, faiblement acide/faiblement basique), des simulations de contrôle MFA (Model-Free Adaptive), PID, de type Arrêt/Marche, etc. « La plupart des modèles de procédés sont présentés sous forme d'équations ou des formules mathématiques, qui sont importants mais qui ont une utilisation limitée. Un modèle de process en temps réel peut être utilisé comme un process virtuel pour exécuter une simulation avec un temps d'installation et des coûts minimaux », ajoute Dr George Cheng.