L'atelier logiciel pour automatismes fait peau neuve

Le 14/11/2005 à 0:00  

C’est une version totalement “ revisitée” de son atelier logiciel Alograf qu’annonce UXP. Alograf Studio met l’accent sur la convivialité au niveau du développement des applications et la portabilité lors de leur exécution.
Conforme à la norme IEC 61131 relative aux langages d’automatismes, Alograf produit, à partir d'une description en Grafcet, du code C compilé et optimisé, ce qui permet de l’implémenter sur les plate-formes les plus diverses (PC, cartes, contrôleurs d’automatismes). Sa force depuis maintenant 25 ans réside dans son algorithme de traitement du Grafcet “avec recherche de stabilité”, qui garantit un comportement déterministe et synchrone de l'automatisme, conformément aux recommandations de la norme IEC 60848. Associé à un mécanisme d’échantillonnage basé sur les travaux de Shannon, il respecte aussi  les aspects temporels du Grafcet. Il convient donc tout particulièrement aux applications nécessitant vitesse et précision, en particulier le contrôle en production (pilotage machine avec métrologie en temps réel) et les asservissements avancés (vérins hydrauliques, gestion et synchronisation d’axes, etc.).
Grâce à sa structure intégrée multi-langue et son ouverture aux langages de la norme IEC 61131, Alograf Studio s'ouvre au marché international. Dans un espace de travail intuitif (arbre de navigation, barres d'outils…), son éditeur permet, entre autres, le suivi des applications, la création d’une nomenclature des données, la modélisation graphique des Grafcet, la conception de blocs fonctionnels en langage C, la gestion avancée de l'impression… Il offre aussi une hiérarchisation multi-niveaux des Grafcets, contribuant à la performance et au déterminisme de l'application.
Des outils optionnels permettent de définir des expressions en diagramme à échelle (ou “schéma relais”) et de les convertir en blocs fonctionnels en C, intégrables en standard dans une application structurée en Grafcet. Le configurateur assure l’association automatique des entrées-sorties physiques de l’architecture matérielle à des mnémoniques définis dans la nomenclature. Cette dernière accepte les variables 32 et 64 bits, pour les compteurs SSI et incrémentaux par exemple.
Générées en code C, les applications Alograf Studio peuvent être exécutées s’exécutent sous tout système d'exploitation temps réel (RTX, OS9, Psos, Linux et RTAI) et sur toute plate-forme matérielle ouverte (et donc, bien sûr, les processeurs d’automatisme temps réel Opral développés par UXP). Alograf Studio est d’ores et déjà utilisé pour la production d’applications sur matériels IPC de Wago, Open Link de Precia Molen, Quad21 de Og'Line, les automates de Rac Electronique, le Micro BOX de Siemens, l’IPC de Festo, le Cyberboard de Cybersys

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap