La position de la vanne est communiquée par voie radio

Le 28/10/2009 à 20:30  

Emerson Process Management enrichit progressivement sa gamme d’équipements sans fil pour la surveillance des sites industriels. Avec le module 4320, il “remonte” ainsi en temps réel par liaison radio la position des vannes vers un poste central.
Beaucoup de vannes de régulation sont encore pneumatiques ou électropneumatiques. Elles ne sont donc pas câblées et aucune information sur leur fonctionnement ne peut être transmise à un poste central. Elles représenteraient encore plus de 25 % des ventes de positionneurs (selon une étude de l’Arc Advisory Group). « Nous estimons, quant à nous, que plusieurs centaines de milliers de vannes de régulation en service dans le monde ne sont toujours pas équipées de positionneurs numériques », rapporte Etienne Venner, directeur engineering à la division vanne Europe du groupe Emerson Process Management.
Le fournisseur américain donne aujourd’hui la possibilité à ces vannes de communiquer. Il met sur le marché, un transmetteur sans fil, le module 4320 qui, sous protocole Wireless Hart, transmet la position de la vanne. Celle-ci peut alors être exploitée par un système d’Asset Management ou un système de contrôle (SNCC, API).
Rappelons que les spécifications du protocole de communications WirelessHart ont été approuvées l’an dernier par la Commission électrotechnique internationale (CEI). Dans le domaine des réseaux sans fil pour capteurs industriels, WirelessHART a ainsi été le premier protocole à obtenir cette reconnaissance internationale (IEC/PAS 62591Ed. 1). Le module fait partie de la famille SmartWireless d’Emerson qui est elle-même un prolongement de l’architecture numérique PlantWeb.
Lecture périodique de la position
Ce module de recopie de position se monte sur tout type de vannes de régulation (qu’elles soient linéaires ou rotatives) mais également sur d’autres équipements tels que des vérins, des capteurs de déplacement et de niveau à flotteur ainsi que des vannes de sécurité implantés en zones dangereuses ou non.
L’appareil lit périodiquement la position de la tige (vannes linéaires) ou la rotation de l’arbre (vannes rotatives) qui est détectée par un capteur magnétique. Les données transmises incluent la valeur de pourcentage d’étendue d’échelle, ainsi que les indications de l’état de deux contacteurs de seuil. L’appareil vérifie également les instructions issues des systèmes hôtes.
Entre deux lectures le dispositif se met en veille. « Il s’agit d’économiser le plus possible d’énergie afin de prolonger l’autonomie du transmetteur, souligne Etienne Venner. Pour une configuration moyenne avec une fréquence d’actualisation des données toutes les minutes et avec trois équipements communiquant avec le module, la durée de vie des batteries s’étend jusqu’à six ans. »
Côté coût, le constructeur indique que cette solution représente entre 10 à 20 % d’une solution câblée. Avec, comme toujours, pour les solutions sans fil, la rapidité et la facilité de l’installation…

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap