La puissance en toute simplicité sur les variateurs de vitesse

Le 13/11/2005 à 0:00  

Avec son Altivar 71, Schneider Electric estime faire une avancée majeure en variation de vitesse. La gamme couverte et la simplicité d’utilisation pour s’adapter aux applications complexes constituent ses principaux atouts.
Confronté de longue date à la réalité du terrain, Bernard Défourneaux, le gérant d’offre de la variation de vitesse chez Schneider Electric nous avait habitués “à la jouer modeste”. L’annonce de l’Altivar 71 l’enthousiasme, c’est le moins que l’on puisse dire : « En 30 ans de pratique de la variation de vitesse, je n’ai jamais vu un tel progrès (…).  Avec l’Altivar 71, nous changeons de cap (…). L’Altivar 71 est un enjeu stratégique pour le groupe », a-t-il affirmé lors de la présentation du produit à la presse professionnelle.
Tout d’abord, l’Altivar 71 (développé en coopération avec le Japonais Toshiba), c’est une gamme complète, disponible dès le départ : pas d’annonces au compte gouttes (en trois mois, tous les modèles seront là, alors qu’en d’autres temps, il aurait fallu attendre trois ans). Ensuite, il permet à Schneider Electric de monter vers les grosses puissances, et d’augmenter ainsi de 30 % la taille du marché accessible : l’Altivar couvre la plage 0,37-500 kW.
L’Altivar 71 est un variateur à contrôle vectoriel de flux (donc bien adapté aux contrôles de couples), avec ou sans capteur, pour moteurs asynchrones. Il peut aussi contrôler des moteurs synchrones sans capteur. « Sur le plan des performances pures, l’Altivar 71 se distingue par sa capacité à produire jusqu’à 220 % de surcouple. La fréquence de sortie peut atteindre 1 000 Hz, ce qui permet de piloter des moteurs spéciaux haute vitesse », résume André Gabagnou, responsable marketing opérationnel à Schneider Toshiba Inverter Europe. Les filtres CEM niveau A sont intégrés et il existe des protections à tous les niveaux : du moteur (protection thermique par sonde PTC ou relais thermique), de la machine (gestion des alarmes, pas de démarrage intempestif du moteur) et bien sûr du variateur lui-même. Le variateur fonctionne avec des chutes de tension du réseau de 50 % et il peut travailler jusqu’à 50 °C, sans déclassement. Il est aussi possible de configurer son comportement sur défaut (par exemple, si un gros danger se présente, il est possible de lui imposer d’aller au-delà de ses limites, jusqu’à sa destruction si nécessaire).

Pour les applications “à couple constant”
Au niveau de l’utilisation, Schneider a cherché à simplifier les choses. La console débrochable et déportable est dotée d’un bouton de navigation pour surfer dans les menus. Elle comporte des touches “fonction” pour les raccourcis et l’aide en ligne (ces touches de fonction sont configurables et leur fonction peut donc être différente d’une application à l’autre).
Pour ce qui est des marchés visés, Schneider Electric cible les applications dites “à couple constant”, et plus particulièrement les applications de manutention, levage, emballage, les machines à bois, les machines textiles, les machines de process. De façon plus générale, le variateur  s’adresse à toutes les applications où on a besoin de précision, de vitesse et de répétitivité. Sans oublier la sécurité. Le variateur répond en effet à la catégorie 3 de l’EN 954-1 et au niveau SIL2 de l’IEC61508. Il dispose également d’une alimentation 24 V séparée pour l’électronique de contrôle (si l’alimentation puissance est coupée, la partie contrôle reste donc opérationnelle et peut envoyer des informations à l’automate qui pilote le variateur).
Plus de 150 fonctions sont disponibles. Par exemple, pour les applications de levage, il existe une fonction qui permet au variateur d’évaluer la charge de départ et, en fonction du résultat, de faire ensuite une accélération suivie d’une décélération, tout ça pour gagner du temps, tout en évitant les à-coups sur la charge.
L’Altivar 71 est prévu pour être monté en armoire. La partie “puissance” est entièrement localisée à l’arrière et elle peut être montée à l’extérieur de l’armoire. Ceci a un double avantage.Tout d’abord, le système de ventilation de l’armoire peut être allégé. Ensuite, il est possible de rapprocher le variateur du moteur, même si l’environnement est difficile (la partie puissance bénéficie d’une étanchéité IP54).
Trois emplacements ont été laissés libres pour recevoir des cartes d’extension : contrôleur (dans ce cas, l’automate n’est pas indispensable), entrées/sorties, bus de terrain (pour 8 standards du marché, un record !), codeur.
On notera enfin que le variateur répond aux réglementations en matière de protection de l’environnement (directives WEEE et ROHS). Et même au-delà : 88 % des pièces sont recyclables…

La lecture de cet article est payante.
Connectez-vous ou abonnez-vous pour y accéder.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap