Le PC embarqué sait aussi faire du contrôle d’axes

Le 03/11/2009 à 15:53  

Le système PEC-3240 d’Advantech marque une nouvelle étape dans l’intégration des automatismes sur base PC. Le constructeur taïwanais propose en effet une variante de sa gamme de PC embarqués équipée d’une carte de contrôle d’axes et de trente-deux entrées/sorties numériques. Le PEC-3240 pilote jusqu’à quatre axes
indépendants, et réalise l’interpolation entre plusieurs axes.

Variateurs avec PC intégré, moteurs avec variateurs intégrés : dans les automatismes, la tendance est à l’intégration. Advantech l’a bien compris. Il lance la solution autonome PEC-3240 pour le contrôle d’axes dans les machines, les chaînes automatisées ou robotisées est basée sur un PC embarqué UNO auquel ont été rajoutées une carte de contrôle d’axes et de nombreuses interfaces de communication. « On obtient un produit tout intégré dont l’encombrement est environ huit fois inférieur à celui d’une solution à base de PC industriel classique, assure Stéphane Blanc, ingénieur d’application chez Advantech France. La maintenance est facilitée, de même que la gestion des stocks de pièces détachées. En cas de panne il n’y a qu’un seul appareil à changer. » La carte de contrôle d’axes fait toute l’originalité du PEC-3240 car elle autorise des fonctions de pilotage avancées, avec notamment de l’interpolation multiaxiale.

D’ordinaire les produits dits “intégrés” autorisent des mouvements relativement simples. Ce PC sait piloter jusqu’à quatre axes simultanément, avec de l’interpolation linéaire sur deux ou trois axes et circulaire sur deux axes. Les profils d’accélération et de décélération peuvent être de type “T-curve” ou “S-curve”, et le pilotage s’effectue par des pulsations “CW/CCW” ou “Pulse/Direction”. Les drivers fournis avec le PC facilitent le développement des applications (des bibliothèques sont disponibles pour chaque type de mouvement).

Communicant et résistant
Parallèlement à ces fonctions de contrôle d’axes, le PEC-3240 embarque des entrées/sorties pour le traitement des capteurs et actionneurs locaux. Les seize entrées et les seize sorties sont de type Tout-Ou-Rien (TOR) et sont isolées contre les surtensions (jusqu’à 1 000 V). Le contrôleur dispose également de deux liaisons série RS-232, de  deux ports USB 2.0 et de deux interfaces Fast Ethernet à 10/100 Mbit/s. Enfin, ce PC embarqué est équipé d’un processeur Intel Celeron M à 1 GHz, de 512 Mo de mémoire vive et de deux lecteurs de cartes CompactFlash (un pour le fonctionnement de l’OS et un autre pour le stockage des données). « Comme il s’agit d’un PC embarqué, il bénéficie de toutes les caractéristiques de robustesse propres aux autres produits de la gamme : résistance aux chocs et aux vibrations, températures d’exploitation étendues (de - 10 à + 65 °C), fonctionnement sans ventilateur, etc., indique Stéphane Blanc. Au final, plus que la seule compacité, c’est surtout du point de vue de la fiabilité que cet équipement se différencie par rapport à un PC industriel classique pour assurer des tâches de pilotage dans des machines à forte criticité. Il est, par exemple, employé pour le pilotage de panneaux solaires. »

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique

Copy link
Powered by Social Snap